CHRONIQUE / REVIEW

THE DAME

LOOSING SIGHT OF WHAT YOU WANT

Releases information

Release date: February 16, 2018

Format: CD

Label: Auto Production / Self Released

From: Pays-Bas / Netherlands

8,0

Philippe André - May 2018

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Tiens des petits nouveaux ! Bienvenue en direct de LA HAYE, capitale administrative du pays des tulipes, bienvenue au pays de THE DAME, quintet néerlandais qui nous propose son premier album. Un premier album "sexy", ce sont eux qui le présentent ainsi, retour dans les romantiques années vingt, les années folles dans un maelstrom de bars et de boites de nuit enfumés, où circulaient sous le manteau l'alcool souvent frelaté, diverses substances à fumer et où c'était la fête de la lingerie sexy (on y revient).

C'est bien beau tout ça, mais quid de l'essence musicale proposée par THE DAME ?  Globalement du néo-prog mais un néo classieux et chanté par une femme, donc un peu différent de ce que nous avons l'habitude d'entendre, mon avis sur la question je dirais plutôt un opus au croisement du néo progressif et d'un rock d'obédience classique, un disque un peu trop chanté à mon gout mais vous avez l'habitude de ce leitmotiv...

A noter quand même que la tessiture vocale de Marian VAN CHARANTE, puisque c'est d'elle dont il s'agit est relativement grave pour une dame (sic), nous sommes loin de la voix céleste d'une Kate BUSH, celle  de Marian s'apparenterait plutôt à celle de Chrissie HYNDE, pour celles et ceux qui ont un jour écouté THE PRETENDERS donc une voix puissante qui a tendance à tout emporter sur son passage (je vous recommande pour preuve particulièrement le second titre "General Disarray"). Coté instruments solistes, nous avons la présence de la fratrie DE RUIJTER, Stephen à la guitare solo et Thijs aux claviers divers avec une prédominance avérée pour le piano, le premier étant beaucoup plus démonstratif que la seconde. La section rythmique composée de Michel KREMPEL à la guitare basse et de Ruben MELBERGEN à la batterie et aux percussions n'est pas particulièrement distinctive de celles que l'on rencontre habituellement avec ce type de formation, la trame musicale est présente et bien pensée c'est là l'essentiel.

L'album est assez long puisqu'il culmine à presque soixante-deux minutes ce qui fort honorable pour un premier disque. Les deux longues pièces placées respectivement en cinquième (le titre éponyme) et septième position et qui affiche onze minutes pour l'une et presque dix-neuf pour l'autre ne sont pas plus passionnantes  que le reste de l'album qui présente donc l'avantage d'être qualitativement équilibré et comme je le stipule parfois, il n'y a rien à maudire dans cette première oeuvre de THE DAME, ce qui démontre  une certaine maturité, si je devais citer un morceau un peu moins bien, ce serait l'avant dernier "Thy Father's Bidding", trop basique et répétitif.

Un très bon premier jet, qui suivant le succès rencontré ou non par le quintet néerlandais pourrait leur ouvrir les portes d'une plus grande reconnaissance, un opus qui a été rappelons le, auto produit ce qui n'est jamais évident pour des musiciens inconnus en dehors de leur contrée d'origine. Nous ne souhaiterons que du bon pour l'avenir de THE DAME.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Water Tumbles Down (7:23)

2. General Disarray (5:33)

3. Faking It In Monaco (7:31)

4. The Last Dance (5:40)

5. Losing Sight Of What You Want (11:19)

6. Thy Father's Bidding (5:33)

7. Conveniently Distant (18:59)

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Marian van Charante / Lead & backing voices, guitar

- Stephen de Ruijter / Lead guitar

- Michel Krempel / Bass

- Thijs de Ruijter / Keyboards

- Ruben Meibergen / Drums

FOLLOW US

  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL - 2018

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now