CHRONIQUE / REVIEW

stuart hamm

the diary of patrick xavier

Releases information

Release date: February 15, 2018

Format: Digital, CD

Label: Ubik Musik

From: USA

8,7

Guillaume Desmeules - May 2018

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Stuart Hamm, ou Stu Hamm pour les intimes, n'a pas besoin de réelle présentation. Ayant été surtout connu pour son travail de bassiste virtuose avec des “guitars heros” tel Steve VAI et Joe SATRIANI, il nous livre ici son 7eme album solo intitulé “The Diary of Patrick Xavier”. La découverte d'un journal intime dans un hôtel en Italie durant un voyage spirituel l'inspira pour la composition de cet album. Il a d’ailleurs la particularité d’être seulement constitué de sa basse comparativement à ses autres albums solos qui sont plus dans un registre jazz fusion et rock instrumental où il est accompagné de plusieurs musiciens. Il y a eu beaucoup d'albums constitués que de la guitare ou le piano dans la musique jazz ou classique mais est-ce aussi efficace pour la basse? 

 On commence le tout avec “Goodbye”, titre un peu ironique comme début d'album, qui nous donne d’ailleurs le ton sur une bonne partie de l'album : une musique très ambiante mais efficace qui nous donne envie nous aussi de dire au revoir avant de partir pour le voyage. “My Boss Drives a Mercedes, but I'm Working for Minimum Wage Plus Tips” débute avec un rythme hypnotisant en guise d'intro et se transforme en hymne mafioso inquiétant. “Smoke Break”, avec son petit air jazz funk fort entrainant, ferait justement une excellente musique de pause avec, cette fois-ci, 2 pistes de basse à la barre ce qui donne plus de vie à la musique. “Buona Notte Amore, Mia Ovunque Tu Sia” fait retomber la poussière avec une belle berceuse romantique très réussi. “The City 2” et “Chopping Wood” sort le coté très techniques avec des arpèges qui font penser parfois à BACH ou VIVALDI. On reconnait un peu plus le travail du maitre dans “Co Rd” avec une mélodie rock faisant un peu penser au moment calme de PRIMUS. ”The Weeping Beech”, avec presque 8 minutes au compteur, réinvente la définition de la musique progressive avec une mélodie qui progresse, une mesure à la fois, durant tout ce temps. Donc, on a droit à quelques mesures en guise d'introduction puis, après un court silence, on recommence du début pour ensuite rajouter une autre mesure à la mélodie pour s'arrêter et recommencer de nouveau et ainsi de suite. C'est un bel exemple d’exercice de composition un peu étrange à écouter par contre. Je ne sais pas qu'elle sorte de promenade le Billy en question avait fait mais sur ”The Ballad of Billy Pilgrim” la basse est cette fois-ci très sombre avec de la distorsion et de l’écho à fond la caisse. C'est une autre pièce très ambiante qui pourrait sembler trainer un peu en longueur vu l'aspect progressive de la mélodie minimaliste en boucle qui se transforme peu à peu mais elle se laisse toutefois bien apprivoiser. “Hello” fini le voyage avec une mélodie digne d'une finale de film très émouvante. On voit que l'homme à de l'expérience et sait où placer ses pions aux bons endroits!

Donc, pour résumer, on a pas seulement affaire ici à une série de longs solos de basse avec de multitude techniques mais bien à une série d'émotions tous plus intrigantes les unes des autres qui donnent un aspect beaucoup plus intime de ce qu'on a été habitué d'entendre de sa part. Il y a quelques longueurs ici et là, dût aux mesures parfois trop techniques qui deviennent un peu lassant, et la production semble quelques fois moins efficace au niveau du jeu de basse. Par contre, avec la diversité des mélodies et des arpèges plus classique, HAMM a su démontrer que c'est possible aussi de faire un album intelligent et sensible avec que de la basse. Si vous aimez les albums “guitars hero” mais en version très intime, celui-ci va surement pas vous déplaire.

Ayant été l'objet d'un projet de financement sur Indiegogo pour 15 000$, qui a heureusement été atteint avec un peu plus de 2000$ en surplus, on remarque de plus en plus les difficultés dans le monde de la musique qui reflète une réalité que bien des gens semblent ignorer. Bien des producteurs hésitent à prendre trop de risques ce qui bloque certains projets. Par chance, il y a maintenant des possibilités comme ceux-ci pour que les gens puissent aider encore plus à la conception de ces univers musicaux qui n'est peut-être pas commun mais qui est nécessaire à la diversité!

 

PISTES / TRACKS

 

1. Goodbye (5:24)

2. My Boss Drives a Mercedes, but I'm Working for Minimum Wage Plus Tips (3:37)

3. Smoke Break (3:51)

4. Buona Notte Amore, Mia Ovunque Tu Sia (4:41)

5. The City (3:35)

6. Chopping Wood (3:57)

7. Co Rd (5:43)

8. The Weeping Beech (7:56)

9. The Ballad of Billy Pilgrim (6:15)

10. Hello (4:53)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Bass Guitar – Stuart Hamm

FOLLOW US

  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL - 2018

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now