CHRONIQUE / REVIEW

shawn phillips

continuance

Releases information

Release date: January 31, 2018

Format: Digital, CD

Label: Fat Jack

From: USA

6,0

Alan Charles - June 2018

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

La pièce « She Was Waiting for Her Mother at the Station in Torino and You Know I Love You Baby but It's Getting Too Heavy to Laugh » vous dit quelque chose? Et si je dis que cette pièce fut composée et interprétée par Shawn Phillips? Plusieurs répondront probablement qu’ils ne connaissent qu’une pièce de ce prolifique auteur-compositeur, la fabuleuse « Woman. » C’est pourtant la même pièce et ça explique l’iconoclaste bonhomme!

Shawn Phillips n’a jamais joué le jeu du business. Il a toujours fait à sa tête, quitte à souvent se tirer dans le pied. Pourtant, envers et contre tous – contre vents et marrées, devrais-je dire – il a continué à composer et à se produire sur scène. Au cours des ans, Phillips a pondu de petits chefs d’œuvres, toujours imbibés de son venin personnel. Je pense à des pièces comme « The Ballad of Casey Deiss, » « Moonshine » ou la sublime « I Took A walk. » D’ailleurs en cette ère de Trumpisme, réécoutez cette dernière, vous m’en reparlerez…

Il nous revient donc avec ce 25ième album en carrière. Alors, où en est-il?

On reconnait bien sûr sa voix particulière avec son accent tranchant du sud. On aime ou pas. Pour ma part, j’aime bien. Et musicalement? De ce côté, ça se corse…Cet album est un fourre-tout. On y retrouve des pièces qui auraient pu paraitre il y a 50 ans  tel « C’mon Round » entre autres. D’autres pièces rappellent sa période électro-synthétiseurs des années 80 (« Man with a gun, » « Back to the Fusion »). Le problème est que ça sent la redite, comme s’il essaie trop mais sans passion.

Il réussit tout de même à nous surprendre avec certains arrangements qui s’éloignent complètement de ce à quoi il nous avait habitués auparavant. Mais cela est probablement dû à ses excellents musiciens. Il dit d’ailleurs qu’il leur a laissé pleine liberté et que rien n’a été répété avant d’entrer en studio. On peut même sentir une certaine tendance progressive avec « Dancing in Survival » et même une touche de ZAPPA dans quelques passages de « Mirror of Light. » Phillips se permet même de décliner des poèmes sur deux pièces.

Comme je le mentionnais plus haut, « Continuance » est un fourre-tout. Il y a du très bon, du bon et du franchement pompeux. C’est brouillon. Ça sent le manque de préparation. En bout de ligne, c’est fort inégal et peu satisfaisant.

Mais le bonhomme mérite tout de même notre admiration. Peu d’artistes osent à ce point. Juste pour ça : Respect the man!

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Life (5:20)

  2. The Force That We Call Life (1:50)

  3. Tribute to D (4:00)

  4. Man With a Gun (5:38)

  5. Furious Desperation (3:53)

  6. C’mon Round (4:37)

  7. Song for a Thief (5:22)

  8. Bach to the Fusion (4:17)

  9. In Grace We Intend (4:50)

  10. Dancing in Survival (5:42)

  11. Mirror of Light (4:54)

  12. Some Things Will Never Change (2:50)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Shawn Phillips – guitar, voice

Sebastian Persini – drums

Anthony Crawford – bass

Brockett Parsons – keyboards

Josh Seguin – guitar

Jonathan McEue – guitar on "C'Mon Round"

Danny Janklow – saxophone

FOLLOW US

  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL - 2018

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now