CHRONIQUE / REVIEW

ranestrane

starchild

(a space odyssey final part)

Releases information

Release date: June 6, 2018

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Ma.Ra.Cash Records

From: Italie

9,4

Serge Marcoux - June 2018

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Que l’univers du rock progressif est vaste! Même après presque cinq décennies d’exploration, il est possible de faire de magnifiques découvertes. Tel un enfant qui s’émerveille devant les étoiles, j’ai ainsi découvert un nouveau joyau italien, tant le groupe que l’album. C’est le troisième volet d’une trilogie consacrée au film 2001 l’Odyssée de l’espace par RANESTRANE qui est à l’origine de cette découverte et … j’ai vu des étoiles. « Starchild (A Space Odyssey - Final Part » m’a offert cinquante minutes de bonheur grâce à sept scènes musicales qui évoquent le classique de STANLEY KUBRICK.

Les quatre italiens de RANESTRANE n’ont pas que cette odyssée spatiale dont les deux premières parties « Monolith » et « H.A.L. » sont parus en 2013 et 2015 respectivement. En effet, les étranges grenouilles, RANESTRANE en français, a vu le jour en 1998 pour accompagner des projections cinématographiques en y ajoutant paroles et musiques de leur cru. Le premier résultat de leur talent apparaît au firmament progressif en 2007 avec l’album double « Nosferatu » du réalisateur WERNER HERZOG suivi, en 2011, par un autre album double, « The Shining », du même KUBRICK que pour l’album actuel. De toute évidence, ce talentueux cinéaste est une importante source d’inspiration pour eux. Afin de recréer une nouvelle expérience d’un film connu, on trouve sur leurs disques des sections de dialogues des films pour créer des effets forts réussis. Ainsi, sur la deuxième pièce, le dialogue entre l’astronaute BOWMAN qui ramène le corps de POOLE et l’ordinateur de bord HAL 9000 qui lui refuse l’accès à bord du vaisseau spatial acquiert une nouvelle dimension grâce à la musique du groupe et à un intense solo de guitare On retrouve également HAL 9000 sur « Sognerà Mai » alors que BOWMAN désactive ses blocs mémoires un à un. Cette pièce est aussi caractérisée par un solide solo d’orgue sur un fond résolument rock dans un des trois mouvements.

J’ai cherché à savoir de quelle galaxie provenaient ce quatuor. DANIELE POMO est le chanteur et batteur. Il enseigne, compose et est un des fondateurs du groupe. D’emblée, signalons qu’il a vraiment une très belle voix, plutôt grave, avec une intensité italienne typique qui sied très bien les créations du groupe qui marient de belle façon les deux formes d’art. Il a participé au deuxième volet de ROME PRO(G)JECT, et fait partie d’ELLESMERE, d’INIOR et de KCRIMSONICK. Ces divers projets l’ont emmené à jouer avec STEVE HACKETT, STEVE ROTHERY, ANTHONY PHILLIPS, DAVID JACKSON, STEVE HOGARTH et ROVESCO DELLA MEDAGLIA pour ne citer que les références progressives. RICARDO ROMANO est le claviériste dont l’album « B-612 », inspiré du Petit prince de SAINT-EXUPÉRY est paru sous le nom de RICARDO ROMANO BAND. Il a collaboré avec STEVE ROTHERY et DAVID FOSTER. Le bassiste, MAURIZIO MEO, a surtout œuvré avec des musiciens italiens mais a aussi collaboré avec STEVE ROTHERY, STEVE HOGARTH et ROVESCO DELLA MEDAGLIA. Le dernier, et non le moindre, est le guitariste, MASSIMO POMO, qui est aussi un des fondateurs du groupe et le frère de DANIELE. À l’instar de ses collègues, il a collaboré avec ROTHERY, HOGART et ROVESCO DELLA MEDAGLIA. À ce stade, vous comprenez que la filiation entre MARILLION et eux est à signaler. Pas tant au niveau du son, ou si peu, mais parce que RANESTRANE a servi de groupe à STEVE ROTHERY lors d’une tournée européenne en 2015 et lors d’un spectacle de STEVE HOGARTH à ROME la même année. Aussi, parce que ROTHERY et HOGARTH ont participé aux trois volets de l’Odyssée de l’espace du groupe. Sur « Starchild », ROTHERY nous gratifie d’un magnifique solo sur « Ambasciatore Della Crime ». Sur cette pièce, fort réussie d’ailleurs, le synthétiseur et la section rythmique s’en donnent à cœur joie. Ajoutons qu’à l’instar de MARILLION, RANESTRANE a organisé un weekend à leur nom en mai 2018.

C’est une joie de découvrir le talent évident des musiciens sur cet album. Par exemple, dans la première scène, nous découvrons la voix envoûtante et expressive de POMO, la guitare de l’autre POMO, quel magnifique solo pour clore la pièce, et le synthétiseur de ROMANO qui nous transportent littéralement au septième ciel. J’écoute la suite « Stargate » et je décolle à chaque fois. Un début en douceur et en beauté avec une baguette qui frappe le rebord de la caisse claire, la basse et des notes de piano.  Un riff de guitare augmente un tantinet l’intensité mais subtilement et la basse s’amuse un peu. Le tempo change mais on demeure dans une zone d’accalmie. Puis un chant un peu incantatoire apparaît et la guitare se fait plaintive. Le tempo augmente et la basse marque le changement avec un groove un peu funky et le synthétiseur se mêle de la partie. On revient à la douceur et à la beauté avec guitare sèche et chant. Cette fois le piano annonce un autre changement, les autres instruments s’installent, l’intensité monte, la guitare étire ses notes accompagnées de roulements de la batterie. Un dernier changement de tempo pour enchaîner en douceur sur une pièce un peu moins spectaculaire mais qui est elle aussi terriblement belle et si italienne dans sa façon de présenter le prog, un peu comme LOCCANDA DELLE FATE si je peux me permettre la comparaison. On y retrouve aussi un bien beau solo de guitare pour y mettre un point final. Le piano brise le seul silence qu’on retrouve entre les pièces qui se sont toutes enchaînées à date. La voix de Hogarth l’accompagne. C’est ce beau et court duo chant et piano qui nous fait revenir sur terre. Un atterrissage en douceur pour un voyage musical et spatial qu’il faut entreprendre. Afin de compléter mon périple, j’attends maintenant les deux premiers volets. Je n’ai simplement pas pu résister à la force d’attraction du voyage et j’ai hâte de retourner dans l’espace.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Scene One - L'insieme delle Cose (7:38)
2. Scene Two - Do You Read Me H.A.L.? (2:52)
3. Scene Three - Ambasciatore delle Lacrime (5:47)
4. Scene Four – Sognerò Mai (7:16)

    i. Sognerò Mai

    ii. Disconnection

    iii. La Missione Svelata
5. Scene Five - Stargate (14:40)
    i. Jupiter and Beyond the Infinite

    ii. Stargate

    iii. Racchiuso Dentro Un Atomo

    iv. Nuovi Orrizonti

6. Scene Six - Prometeo tra le Stelle (9:26)

    i. Prometeo

    ii. Ultima Cena

    iii. Starchild – Hic Stellarum Plena Est
7. Final Scene - Abandoned (2:26)rio

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Daniele Pomo / vocals, drums & percussions
- Riccardo Romano / keyboards and backing vocals
- Maurizio Meo / bass & double bass
- Massimo Pomo / guitars
With:
- Steve Rothery (Marillion) / guitars
- Steve Hogarth (Marillion) / vocals

FOLLOW US

  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL - 2018

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now