CHRONIQUE / REVIEW

art of illusion

cold war of solipsism

Releases information

Release date: January 26, 2018

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Auto-Production / Self Released

From: Pologne / Poland

7,9

Marc Thibeault - August 2018

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Le groupe ART OF ILLUSION existe depuis 2002 mais c’est seulement le deuxième album du groupe polonais originaire de Bydgoszcz. «Cold War Of Solipsism» est une évolution du premier album (l’excellent «Round Square Of The Triangle», 2014): le chanteur Marcin WALCZAK chante sur toutes les pièces sauf l’intro (contre seulement trois des 10 pièces de «Round…») et varie plus sa voix, le son est légèrement plus léché que sur «Round…» et les ressemblances avec les groupes DREAM THEATER et RIVERSIDE sont beaucoup plus flagrantes.

«Ico» débute l’album comme sur leur premier opus: avec un intro accrocheur qui nous rappelle légèrement PINK FLOYD ou RIVERSIDE. Un peu mystérieux mais agréable et trop court à mon goût.

Puis, «Devious Savior» nous rentre dedans avec un style se rapprochant beaucoup plus du côté lourd de DREAM THEATER que de RIVERSIDE avec, en prime, des petits bouts mélodieux. Même la façon de chanter de M. WALCZAK ressemble à celle de James LaBRIE. La pièce «Allegoric Fake Entity» débute avec une guitare basse de façon Jazzy avant de changer pour un Rock mélodieux. J’aime le piano de Paweł ŁAPUC qui semble discorder avec le reste de la musique, donnant à la pièce une touche un peu noire. Les dernières 40 secondes sont une envolée de guitare sur un rythme accéléré. «Santa Muerte» est sur le même style que la pièce précédente pendant les premières 2:50 avant de changer pour un style plus proche de DREAM THEATER ou même LEMUR VOICE pour le reste de la pièce. «Able to Abide» est une pièce qui aurait pu jouer à la radio avec son côté «radio-friendly», me rappelant légèrement le style du groupe ABIGAIL’S GHOST.

 

«Cold War of Solipsism» débute à la DREAM THEATER ou RIVERSIDE avec un petit côté sombre et le chant s’approchant beaucoup du style de celui de Marius DUDA. Ça devient ensuite plus lourd avec un riff entrainant et le chant se rapprochant plus de celui de James LaBRIE. En fait, le reste de cette pièce sonne comme du DREAM THEATER. C’est bon mais il n’y a pas ce petit quelque chose qui va nous inciter à retourner l’écouter. La pièce «King Errant» débute en douceur puis s’alourdit vers les  01:20 pour le refrain. C’est la pièce où je trouve que le groupe joue selon son vrai son, avec peu d’influences d’audible et un mélange parfait de tous leurs talents. La plus longue, la meilleure de l’album et, j’espère, la ligne de conduite à suivre pour leur prochain album.

 

Un bon album à écouter et la suite logique du premier album, mais il manque un peu d’originalité. L’album «Cold War Of Solipsism» aurait probablement accroché plus d’auditeurs s’il leurs influences n’auraient pas étés si évidentes, mise-à-part quelques pièces. Évidemment, ce ne sont que mes opinions. Mais si leur prochain album a un son qui ressemble à celui de la merveilleuse dernière pièce de cet album, il y a de fortes chances qu’on entendra encore longtemps parler d’eux. À suivre…

 

PISTES / TRACKS

 

1. Ico (02:25)
2. Devious Savior (07:26)
3. Allegoric Fake Entity (05:14)
4. Santa Muerte (06:44)
5. Able to Abide (04:22)
6. Cold War of Solipsism (08:03)
7. King Errant (10:09)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Filip WISNIEWSKI – guitars
Paweł ŁAPUC – piano & keyboards
Kamil KLUCZYNSKI – drums
Mateusz WISNIEWSKI – bass
Marcin WALCZAK – vocals

FOLLOW US

  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL - 2018

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now