top of page

CHRONIQUE / REVIEW

zero times everythng

sonic cinema

Releases information

Release date: April 21, 2017

Format: CD, Dig

Label: 7 DMedia/ZXE Music

From: USA

7,7

Richard Hawey  - July 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

ZERO TIMES EVERYTHING est une formation américaine basée près de New York qui nous présente un style de musique difficilement qualifiable. Le trio est constitué de Tony GEBALLE, Pietro RUSSINO et Richard SYLVARNES, ils nous proposent une musique expérimentale avant-gardiste qui se promène entre l’ambient, l’électro et l’atmosphérique. La rencontre initiale des trois compères se fait au Robert Fripp’s Craft Guitar Seminars, puis ils décident de former un groupe. À cette époque il s’exécute en jouant la musique tiré d’un film de Richard SYLVARNES « The Last Words de Dutch Schultz ». En 2013, le groupe performe au New York Festival of Light et au Filmmaker's Coop Benefit qui mettait en vedette Laurie Anderson, John Zorn et Philip Glass.

Ce sont des bruitages de guitares psychédéliques qui ouvrent l’album. Puis on bascule vers l'atmosphérique avec quelque chose de plus léger et plus aérien, pour une très belle composition d'ambiance. "Events in A Field" qui flotte dans l'espace à travers des notes de piano et des accords éphémères qui me rappelle No Man. Par la suite les synthés montent vers les cieux et le monde de l'ambient, et des percussions électroniques qui nous rappelle les battements d’un cœur. J’ai bien aimé! Puis comme une suite « Led » vient perturber l'équilibre établi avec sa guitare bien fuzzy et un beat accrocheur, courte attrayante. Au début je n’étais pas sûr de ce qu’il voulait faire avec cet album, mais j’ai écouté et réécouté, je l’avoue ça n’a pas été simple mais j’ai commencé à apprécier doucement de belles qualités sur plusieurs titres. Parfois, la musique est carrément effrayante comme dans l’introduction angoissante du titre « Accident » et la voix troublante qui répète ‎‎ « il y a eu un accident ici » ‎‎et « Kapital » tout aussi inquiétante avec un début qui ferait une bande originale pour un film horreur. Rapidement les effets sonores étranges cèdent la place aux synthés et à un son proche de l’électronica. Une bonne guitare, des effets de respiration humaine et une orchestration pompeuse qui donnent à celle-ci quelques nuances de prog. En terminant, je vous suggère l’écoute de « Events in a Field », « Led », « Accident » et « Vox Populi ».

Ces sonorités cinématiques propres au monde musicale de ZERO TIMES EVERYTHING font des incursions au sein d'une musique expérimentale, naviguant entre l’ambient, l’électro-rock, le post-rock avec une touche de new-wave. Si quelquefois nous avons l’impression que certaines compositions semblent plutôt trainer en longueur, les autres morceaux sont construits sur un timing bien défini. Je vous rappelle que nous sommes dans un monde de l'expérimentation où le trio de musiciens passe allègrement d'un genre à l'autre, sans heurt majeure, avec cette dominance d'un électro-rock d'ambiance mélangé à une musique plutôt atmosphérique. Cette musique vous demande, malgré ses côtés rébarbatifs, à être apprivoiser. Fermez vos yeux et voyez les images.

 

PISTES / TRACKS

 

1. And Now This… (1:59)
2. Events In A Field (5:44)
3. LED (2:59)
4. Accident (10:46)
5. Natron 40 (2:00)
6. Ghost (4:46)
7. Kapital (8:46)
8. Vox Populi (13:04)
9. Schizoid (6:00)
10. (The Cathedral Of All Saints) (6:03)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Tony GeBalle / (guitar, rhythm programming, synthesizer)
Pietro Russino / (guitar, rhythm programming, bass guitar, violin)
Richard Sylvarnes / (Kaoss pads, anolog/digital synths, bass guitar, rhythm programming, pitched vox)

bottom of page