top of page

CHRONIQUE / REVIEW

woBbler

from silence to somewhere

Releases information

Release date: October 20, 2017

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Karisma Records

From: Norvège / Norway

8,3

 Philippe André - October 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Et de quatre pour le quintet norvégien, originaire de HONEFOSS au sud-est du pays et proche de la capitale OSLO. Quatre albums en douze ans, une moyenne somme toute raisonnable qui permet au groupe de peaufiner ses compositions et de nous livrer de forts bons disques depuis ses débuts.

Contrairement à ce que j'ai pu lire ici ou là, WOBBLER n'a pas le côté sombre et désespéré de certaines formations scandinaves comme ANGLAGARD ou ANEKDOTEN, leur musique est beaucoup plus nuancée et surtout beaucoup plus enjouée que les précités, car WOBBLER emprunte conséquemment au folklore du Grand Nord, comme vous pourrez le constater d’ici, delà hormis sur "Rendered in Shades of Green" où une instrumentation d'obédience classique rend la pièce gaie et évanescente malgré sa brièveté.

Le troisième titre de  "From Silence to Somewhere" nous arrive comme une boule de bowling lancée à très vive allure pour se calmer un peu après deux minutes sous une plage mellotronesque qui adoucit quelque peu ce que l'on croyait être une objet intersidéral incontrôlable et ceci même si la section rythmique en fait des tonnes (référence anglagardienne oblige), un gros bémol néanmoins, ce titre est beaucoup trop chanté à mon gout.....ce qui au final le rend difficile à digérer.

"Foxlight" le titre conclusif, est proposé avec force instruments à vent (dont une clarinette basse jouée par Kristian HULTGREN) et emmené par les différents claviers parfois délicats parfois énergiques du maitre de céans Lars Fredrik FROISLIE, un titre qui sera à même de plaire à la majorité du public progressif avec sa mélodie centrale, soutenue par les choeurs, qui s'avère d'un grand lyrisme, rêveuse, ouatée, bref agréable et facile à mémoriser.

Que dire du péplum éponyme et introductif "From Silence to Somewhere " de près de vingt- deux minutes ? Après une introduction instrumentale de trois minutes trente, apparait le chant expressif d'Andreas PRESTMO qui emprunte autant à la théâtralité de Peter GABRIEL qu'à la noirceur de Peter HAMMILL suivant les phrases et les intonations voulues de la pièce, un morceau qui musicalement doit beaucoup plus au roi KING CRIMSON dans sa globalité qu'à toute autre combo progressif (écoutez minutieusement les claviers), mais aussi et surtout l'orgue (Là Keith doit se retourner dans sa tombe car c'est "Tarkus" revisité ni plus ni moins) et l'autre roi... j'ai nommé monsieur Le Mellotron; ajoutez à cela les guitares qui raclent à la Robert FRIPP tout en restant extrêmement mélodiques (exercice périlleux s'il en est), un superbe morceau qui vous dévoilera toute sa richesse au fil des écoutes, incontestablement le top de l'album pour moi et probablement pour beaucoup d'entre vous, s'il devait n'y en avoir qu'un... lumineux et plus réjouissant que le reste de l'oeuvre, le grandiose pointe le bout de son nez !

Au final et même si tout n'est pas parfait au pays de WOBBLER nous sommes en présence d'un disque tout à fait fréquentable à défaut d'être indispensable, et comme je le dis souvent, la concurrence qualitative est de plus en plus rude, dont acte.      

 

PISTES / TRACKS

 

1. From Silence to Somewhere (21:44)

2. Rendered in Shades of Green (2:08)

3. Fermented Hours (10:23)

4. Foxlight (13:38)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Lars Fredrik Frøislie / keyboards, backing vocals

- Kristian Karl Hultgren / bass, bass clarinet, bass pedals

- Martin Nordrum Kneppen / drums, percussion, recorder

- Andreas Wettergreen Strømman Prestmo / vocals, guitar, glockenspiel, percussion

- Geir Marius Bergom Halleland / lead guitar, backing vocals

bottom of page