top of page

CHRONIQUE / REVIEW

Tiger Moth Tales

The depths of Winter

Releases information

Release date: November 20, 2017

Format: CD, Digital, vinyl

Label: White Knight Record

From: Royaume-Uni / UK

8,1

Jimmy Farley - November 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Tiger Moth Tales est le projet du musicien multi-instrumentiste britannique Pete JONES qui nous propose son troisième album studio « The Depths of Winter ». Il avait marqué l’imaginaire en nous proposant son premier album « Cocoon » en 2014, album qui avait bénéficié d’un succès d’estime de la part des chroniqueurs et des amateurs. Sur « The Depths of Winter » il joue de tous les instruments et contrairement aux 2 premiers albums Pete se fait aider par le guitariste Luke MACHIN du groupe Maschine (on le connait aussi comme membre de The Tangent) ainsi que plusieurs artistes invités. Le musicien est très généreux avec un album d’une durée de 71 minutes réparties sur 10 pièces dont 4 excèdent les 9 minutes.

Le point fort de cet album est sans contredit la voix de Pete JONES. Ce n’est pas pour rien qu’il a été invité à chanter sur le dernier album de Barrock Project (Detachment) et présentement il est membre de la formation Camel. Il maîtrise la plupart des instruments malgré son handicap (il est aveugle) et il a acquis une certaine expérience en mixant et produisant les 2 albums précédents mais on sent les limites inhérentes à ce type d’exercice solitaire. Au niveau instruments il aurait avantage à céder sa place à un batteur plus expérimenté parce que son jeu est peut-être un peu simpliste. Ce qui pourrait agacer certains auditeurs avec les 4 longues pièces et l’inconfort est amplifié du fait que le mastering de la batterie est mise un peu trop en évidence.

Si on fait abstraction de la batterie, la musique sur « The Depths of Winters » est excellente avec une approche génésienne très mélodique qui nous fait penser en particulier à période « Wind And Wuthering » et sans oublier la belle voix de Pete JONES qui est posée et juste parfaite pour ce genre de musique. L’album nous amène facilement vers une scénique hivernale imaginaire dont on serait le contemplateur devant de vastes étendues enneigées inspirant le calme et la sérénité. Les titres majeurs de l’album « Winter Maker », « Exposure », « The Tears Of Frigga » (Petit clin d’œil M. ODFIELD) et « Hygge » (ma préférée) atteindre la cible sans aucun doute ! On y trouve même des sonorités rappelant les mélodies du temps des fêtes avec grelots en prime, notamment sur « Sleign Ride » avec un son de guitare à la HACKETT. D’autres beaux moments sur l’album sont les pièces « Take The Memory » une belle balade avec guitare acoustique et «The Ballad of Longshanks John » avec une orchestration de cuivre joué par les musiciens invités.

En conclusion c’est un album très généreux, d’une facture progressive planante et mélodique à écouter durant la saison hivernale qui s’en vient avec un bon café et un feu de foyer pour ceux qui le peuvent. La mention de la batterie en début de chronique ne doit surtout pas vous arrêtez à découvrir ce nouvel album de Tiger Moth Tales.

PISTES / TRACKS

 

1. Winter is Coming 00:31      

2. Winter Maker 10:50     

3. Exposure 13:34  

4. The Ballad of Longshanks John 06:58  

5. Migration 02:58  

6. Take the Memory 07:10      

7. Sleigh Ride 06:40

8. The Tears of Frigga 11:42

9. Hygge 09:12

10. Winter’s End 01:32


Total: 71:07 minutes

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Pete JONES – Vocals and all instruments

   With

Luke Machin (Maschine, The Tangent) – guitar

Emma Friend – Flute (on Winter Is Coming & Winter Maker)

Jamie Ambler – Voice Over (on The Ballad of Longshanks John & The Tears of Frigga)

Steve Bottomley – Bass

Brass parts for Winter Maker & The Ballad Of Longshanks John:-

Sara Baldwin – Flugel Horn

Sarah Wardle – Tenor Horn

Joe Heartfield – Tenor Trombone

Andy Baldwin – Euphonium

Mark Wardle – Flugel Horn (on Winter Maker & Winter’s End)

bottom of page