top of page

CHRONIQUE / REVIEW

the emerald dawn

visions

Releases information

Release date: August 21, 2017

Format: CD, Digital

Label: World's End Records

From: Royaume-Uni / UK

9,5

Philippe André  - August 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Une musique sacrément chiadée !!!! C'est la première impression que j'ai eu à l'écoute du second et nouvel album des Cornouaillais de THE EMERALD DAWN. Un disque court, tous justes quarante-cinq minutes mais quel disque encore une fois, serait-on tenté de dire ! Originaires d'Édimbourg, encore des écossais ? À l'origine mais désormais basé dans le sud-ouest de l'Angleterre, le duo fondateur Tree STEWART (Katrina Jane de son vrai prénom) et Alan (Ally) CARTER nous envoie un sacré brulot hautement progressif et pas vraiment néo dans le cas présent, selon moi l'inspiration serait plutôt d'obédience psyché/space/prog, un sous genre bien moins courant et couru et donc plus facilement identifiable.

L'entame de "Musique Noire" est purement symphonique dans la grande tradition des légendes arthuriennes même si ce titre n'en est pas une, avec la basse ronde (fretless) de Jayjay QUICK et surtout la brillance du saxophone ténor de Ally CARTER qui donne l'occasion à THE EMERALD DAWN de se distinguer du reste de notre musique progressive habituelle, c'est donc parti pour un superbe voyage de vingt minutes, hors des modes, hors du temps ou alors un temps suspendu au-dessus de la table ronde ; j'ajouterai que je ne suis pas un fan des cuivres mais pour THE EMERALD DAWN, je fais une exception car leur musique est franchement originale. Un dièse appuyé pour le chant qui est tout bonnement excellent, feutré, délicat, bien que l'album ne soit pas exagérément chanté ; ces vingt premières minutes sont donc à écouter et à réécouter sans modération, c'est une musique emplie de magie et de brillance lyrique, on en vient presque à regretter que ce morceau ne nous titille le cerveau que pendant ce laps de temps !!!

Les trois autres pièces (sept, huit et neuf minutes) sont dans la même veine mélodique, un peu plus musclé et chanté à deux voix pour "A Vision Left Unseen" (une voix masculine un tantinet gothique) avec toujours avec un saxophone ravageur qui emporte le morceau vers des chemins musicaux originaux et où le talent claviéristique de Tree STEWART explose à chaque note, la seconde moitié de cette pièce est purement somptueuse même si elle se termine un peu trop brusquement... le fan de prog n'est jamais satisfait !!! 

Les remarquables partitions de guitare acoustique douze cordes de "Waves" ne peuvent que nous conforter dans notre analyse de cette musique intemporelle (je sais que ce mot  est souvent employé y compris par votre serviteur) mais difficile de faire autrement ici, Tree STEWART y ajoutant des vocaux purement évanescents, une émanation vocale pouvant évoquer la reine HASLAM des premiers RENAISSANCE, des lignes aériennes qui s'échappent vaporeusement dans l'air du temps, c'est tout simplement B.E.A.U !

La pièce conclusive "Stranger in a Strange Land" est la seule instrumentale du disque de THE EMERALD DAWN avec un beau passage où apparait la flute de Tree STEWART (vers la cinquième minute)avant que la six cordes d'Ally CARTER n'enflamme intensément le final du morceau, c'est du lourd, du mélodique énergique, du hautement qualitatif, du très bon en somme.

THE EMERALD DAWN, une belle découverte qui m'a été suggéré par Ally CARTER lui-même, après qu'il eut lu la chronique de COMEDY OF ERRORS !!!

2017 : l'ECOSSE nouveau berceau du progressif en ce qui me concerne...

 

PISTES / TRACKS

 

1. Musique Noire (20:01)

i. The Omen

ii. Into the Darkness

iii. As a New Day Approaches

iv. La Danse de L'ecstasy

2. A Vision Left Unseen (7:00)

3. Waves (8:38)

4. Stranger in a Strange Land (9:26)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Tree Stewart / keyboards, flute, 12 string acoustic guitar, vocals

- Ally Carter / electric and 6 string acoustic guitars, tenor and soprano saxophones, vocals

- Jayjay Quick / fretless and fretted bass guitars

- Tom Jackson / drums

bottom of page