top of page

CHRONIQUE / REVIEW

the bridge

the bridge

Releases information

Release date: March 3, 2017

Format: CD, Digital, Vinyl

Label: Reflexion Records

From: Chili

7,4

Marc Thibeault - May 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

Des petits gars de Santiago (Chili) nous amène un album interessant où l’on reconnait beaucoup de leurs influences dans le son de leur musique mais où il semble y avoir une certaine désinvolture agréable dans leur façon d’amalgamer le tout et de le jouer. Formé en 2010 par ALEX et JEFF, THE BRIDGE enregistra leur album en 2011 mais ne le mit sur le marché que cette année. L’album concept nous parle du besoin de mettre un masque ou de créer une fausse image de soi pour accéder au succès. On finit par s’oublier, se perdre, et on doit trouver la force d’ôter le masque pour retourner vers le vrai soi-même. J’aime la versatilité de la voix d’ALEX qui permet de changer avec aisance d’un style de musique à un autre.

 

L’album débute avec la pièce «To Beyond»: une guitare acoustique qui joue sur un bruit de fond de vagues et ALEX qui chante d’une voix un peu triste et douce. La pièce s’enchaine sur «Overture 1», une pièce instrumentale un peu plus Rock et avec un ‘riff’ ressemblant à certaines vieilles pièces du groupe RUSH. Puis, vers 2:42, le rythme accélère et on reconnait plus dans leur musique le style de DREAM THEATER ou de METALLICA. «A New Day» est une pièce plus joyeuse où ALEX chante d’un ton plus enjoué. Avec un son un peu Retro, «South Wind» est une jolie pièce instrumentale trop courte à mon goût (01:44). Il y a ici le potentiel du groupe à développer : un style un peu FLOYDien mais aussi avec une influence de PORCUPINE TREE ou Steven WILSON à travers. J’aime bien! «World of Men (plus Reflexion)» sonne comme si METALLICA ou MEGADETH (voix incluse) revenait à leurs sources mais avec une petite touche de DREAM THEATER et un bout instrumental plus doux vers les deux minutes de la fin (la partie «Reflection»). Un Rock un peu sombre mais rythmé et quand même agréable. «Lies and Mirrors» fait un peu Rock Psychédélique (gracieuseté du son des claviers) avec un son des années ’70. Encore ici, la voix d’ALEX ressemble un peu à celle de James HETFIELD (METALLICA). Différent! Les dernières 40 secondes de «Lies and Mirrors» nous embarquent dans la pièce maitresse de l’album: «The Bridge». Tout le potentiel du groupe est là : un Prog-Rock avec différents rythmes qui s’enchainent de façon fluide. Il y a un peu de tout dans cette pièce: guitare acoustique, riffs entrainants ou rythmes plus doux, un bon dosage de synthétiseurs, ALEX changeant de ton de voix selon le style musical joué, des bouts ressemblant à NIRVANA, METALLICA, DREAM THEATER, ou RUSH, mais il y a un petit quelque chose propre à eux qui ressort et qui nous donne envie de la réécouter. De loin la meilleure pièce de l’album!

 

Pas mal pour un premier album. La production aurait pu être un peu mieux mais c’est un premier album qui donne un bon aperçu de ce que THE BRIDGE pourrait devenir. Il y a des petits moments où la créativité prend le dessus sur leurs influences et ce sont les plus beaux moments de l’album. Souhaitons que le prochain album en ait plus pour nos oreilles!

 

PISTES / TRACKS

 

  1. To Beyond (03:36)

  2. Overture 1 (05:26)

  3. A New Day (06:16)

  4. South Wind (01:44)

  5. World of Men (plus Reflexion) (06:37)

  6. Lies and Mirrors (04:16)

  7. The Bridge (17:02)

    1. The Light

    2. The Fight

    3. The Night

    4. The Conclusion

Musiciens / MUSICIANS :

 

JEFF - Vocals, Keyboard, Acoustic Guitar
ALEX - Drums, Vocals
GONZALO - Electric Guitar
LUIS - Electric Bass
FRANCISCO - Electric Guitar

bottom of page