top of page

CHRONIQUE / REVIEW

tempano

nowhere now here

Releases information

Release date: October 1, 2016

Format: Digital, CD

Label: Auto Production / Self Released

From: Venezuela

9,0

Philippe André - March 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Dixième album en trente-sept ans pour le quatuor vénézuélien TEMPANO, le quatrième depuis l'an 2000 et l'envol qualitatif du groupe sud-américain et le premier depuis huit ans. Une précision remarquable, ce sont toujours les quatre mêmes musiciens qui jouent ensemble depuis tout ce temps, chose fort rare que je tenais à préciser.

 

Alors peut-on classer TEMPANO dans une seule et unique case de la galaxie progressive ? Indubitablement je dirais non, car leur musique est fort complexe, très écrite, et les emprunts (qui n'en sont pas vraiment) nous font voyager de CAMEL à GENTLE GIANT (pour les titres chantés surtout) en passant par des implications plus jazzy à la CHICK COREA, KING CRIMSON pour l'inventivité mélodique et les breaks et contre breaks qui parsèment cette œuvre donc difficilement classifiable, sans oublier des moments inspirés par la frange la plus mélodique du progressif métal (AYREON ?).

 

Le titre d'ouverture, éponyme et instrumental met la barre très haut, remarquable de pondération et d'originalité, magnifiquement symphonique, la complicité entre les quatre instrumentistes est évidente (c'est sur trente-sept de vie musicale commune, ça vous bétonne l'ensemble). Le titre conclusif "When Opposites Meet", le plus long (presque dix minutes) est le seul vraiment jazzy sur l'album avec une basse énorme de Miguel Angel ECHEVARRENETA, les vocaux sont puissamment gentlegiantesques, bon là je vous l'accorde, ça se barre un peu dans tous les sens, un bon conseil ne commencez pas l'écoute du disque par ce titre !

Entre les deux, il faut signaler avant tout, le troisième morceau "Walker But Not William" avec un invité Oman PEDREIRA qui violonise brillamment mais pas du tout un violon à la KANSAS, plutôt un violon à la Darryl WAY très classique et aigu, le quatrième "Daylight Moon" une perle mi symphonique mi métallique hors du temps (les passages musclés de la six cordes ne sont pas très éloignés de MUSE et le déroulé vocal de Pedro CASTILLO itou) et mon titre préféré "Acrobat Citizens" introduit par la maestria percussive de Gerardo UBIEDA et de Cesare DELLA NOCE sur fond de claviers délicats et globalement emphatiques de Cesare, mon Dieu que c'est brillant et innovant !!! La grande Classe ni plus, ni moins...  Je dirais de TEMPANO qu'ils proposent du rock progressif climatique, bah oui c'est nouveau !!!

 

Pour le coup, je m'en vais écouter et réécouter les trois albums précédents de la formation vénézuélienne que j'avais quelque peu zappés lors de leur parution respective.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Nowhere (5:39)

2. The Night Before The End (6:49)

3. Walker But Not William (4:38)

4. Daylight Moon (7:40)

5. Now Here (1:54)

6. Whisper Of The Blade (4:55)

7. Acrobat Citizens (7:52)

8. When Opposites Meet (9:33)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Pedro Castillo / Vocals, Electric & Acoustic Guitars

- Cesare Della Noce / Keyboards, Electronic Percussion & Sound FX

- Miguel Angel Echevarreneta / Bass

- Gerardo Ubieda / Drums, Percussion, Electronics & 12 String Guitar

With

- Jeff Zavac / Sax (7)

- Oman Pedreira / Violin (3)

bottom of page