top of page

CHRONIQUE / REVIEW

STEVE HUGHES

ONCE WE WERE PART 2

Releases information

Release date: December 9, 2016

Format: CD, Digital

Label: Progressive Promotion Records

From: Royaume-Uni / UK

7,8

Jimmy Farley - February 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Steve HUGUES qui est né à Londres en 1975 a suivi une formation musicale comme batteur et a joint le groupe BIG BIG TRAIN en 1991 avec qui il est resté durant 12 années. En parallèle il a fait des tournées avec la formation THE ENID jusqu’en 2004. Après une longue absence de la scène prog il y revient en solo en 2013 pour finalement produire en 2015 son premier opus « Tales From The Silent Oceans » qui a été très bien reçu par la critique. Avec du matériel plein les cartons il nous est revenu assez rapidement pour sortir en 2016 « Once We Were – Part One » et « Ocne We Were – Part Two ». On peut classer ce dernier album (d’une durée de 54 minutes et qui comprend 9 pièces) dans la catégorie néo prog quoique certains préfèrent une classification plus éclectique. Disons que c’est du prog mélodique sophistiqué.

Dès la première pièce « The Game » son style est bien ancré en amorçant avec une mélodie assez simple qui migre agréablement vers une orchestration plus sophistiquée mais jamais décousue. L’arrangement musical est bien aéré laissant à chaque musicien (sax, guitare entre autres) toute la place pour s’exprimer.

L’enchainement avec « Life’s a Glitch » se fait sur un changement de rythme et une orchestration plus touffue qui demande de la part de l’auditeur une acclimatation sur plus de 2 minutes (pour une pièce qui en dure 6, c’est un peu long). La prestation du guitariste vers les 2 tiers de la pièce est intéressante.

« Propaganda : Part two » (où est PART I) est un court remplissage sans lien apparent avec la pièce « They Promise Everything » qui suit. Sur cette dernière on retrouve la même construction que la première pièce. Une mélodie simple qui s’installe, autour de laquelle la musique se construit et se complexifie à souhait. Une très belle pièce qui garde toute notre attention. La pièce « There’s Still Hope » débute sur une ambiance vaporeuse qui progresse agréablement vers quelque chose de plus concret et plus rock avec des mouvements variés d’une facture musicale agréablement produite. Aucun accroc pour l’écoute.

« She’s » débute avec un clin d’œil au refrain Saturday’s Afternoon qu’on a pu écouter sur l’album précédent. Même si la pièce est construite sur la même structure que « The Game » et « They Promise Everything », ce qui pourrait être redondant, eh bien ont a droit à une création musicale différente tout aussi intéressante. Seul bémol, la mélodie n’est pas très accrocheuse. C’est à ce stade de l’album qu’on peut se questionner sur la pertinence d’avoir un meilleur chanteur.

Un court intermède quelconque chanté de 3 minutes nous relaye vers la pièce de résistance de l’album : « Clouds » d’une durée de 12 minutes. C’est l’exemple parfait d’une belle pièce de prog qui s’installe lentement et chemine à travers un méandre de mouvements, tantôt denses, tantôt doux et aérés, exécutée de main de maître vers une finale qui ferme la boucle en référant au piano du départ. Une très belle pièce.

L’album termine sur « One Sweet Word » une mélodie ordinaire peu convaincante.

En résumé l’album aurait eu une cote de 9 n’eut été de la simplicité des mélodies et de la faiblesse des pièces les plus courtes. On sait aussi que Steve HUGUES est un multi-instrumentiste et ça parait un peu quand les différents instruments qu’il touche sont enregistrés en strates musicales qui rappellent quelquefois une pâte millefeuille qui a mal levé.

 

PISTES / TRACKS

 

1. The Game (6:11)
2. Life's a Glitch (5:46)
3. Propaganda: Part Two (1:40)
4. They Promise Everything (7:31)
5. There's Still Hope (5:36)
6. She's (6:47)
7. Spider On The Ceiling (3:08)
8. Clouds (12:26)
9. One Sweet Word (5:30)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Steve Hughes / Drums, Percussion, Keyboards, Bass, Guitars, Vocals
With:
- Angie Hughes / Vocals
- Katja Piel / Vocals
- Maciej Zolnowski / Violin
- Keith Winter / Guitars
- Dec Burke / Guitars
- Richie Phillips / Saxophone

bottom of page