top of page

CHRONIQUE / REVIEW

schooltree

heterotopia

Releases information

Release date: March 31, 2017

Format: CD x 2, Digital

Label: Auto-Production / Self Released

From: États-Unis / US

9,2

Philippe André - April 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

SCHOOLTREE n'est ni plus ni moins que l'objet musical né dans l'esprit de la multi instrumentiste Lainey SCHOOLTREE originaire de BOSTON (Massachusetts), essentiellement connue dans sa région natale (avant cette chronique bien sûr), qui a décidé de former en 2011 un groupe d'Art Rock qui lorgne bien évidemment vers la musique progressive d'où sa présence dans nos colonnes, un projet littéraire et musical qui a demandé quatre ans de gestation. "Heterotopia" est le troisième album de Lainey, les deux premiers en 2011 et 2013 étant vraiment restés confidentiels, celui-ci ne devrait pas le rester longtemps car nous avons ici une oeuvre de plus d'une heure et trente minutes sous-titrée "An Rock Opera", tout un programme, fort complexe au demeurant, divisé en vingt-quatre tableaux. Rassurez-vous je n'ai pas la prétention, ni la place d'ailleurs de vous donner mon sentiment sur chacune des parties de ce double cd, un concept album bien entendu.

 

L'Histoire racontée par Lainey à travers ce méga opus est celle de Suzi qui doit effectuer un voyage dans l'inconscient collectif pour tenter de récupérer son corps perdu, le tout dans un monde parallèle ! Vaste, très vaste et subliminale épopée en perspective. Le press book de SCHOOLTREE est sans ambiguïté aucune puisqu'il stipule, que l'ambitieux projet de Lainey se rapproche d'un "Quadrophenia" ou d'un "The Lamb lies down on Broadway" ; pour l'histoire en elle-même les points de concordance avec Raël y sont prégnants et significatifs ; nous sommes ici dans un autre monde, de l'autre côté du Mur, encore une analogie avec quelqu'un qui a fait de la musique progressive son cheval de bataille, un monde divisé entre rêve et cauchemar, entre clarté et obscurité, entre jour et nuit, un monde où il fait bon se prélasser à condition d'être suffisamment concentré. Pas de très longs titres sur ce double album, le plus long émarge à 7:48 minutes mais c'est le format opéra rock qui le commande et pas simple non plus de favoriser l'écoute d'un titre plutôt qu'un autre. Les pièces énergiques et les pièces feutrées (ces dernières étant un peu plus nombreuses) se succèdent à parts égales sur l'ensemble de l'œuvre, pour cette fois je ne dévoilerais pas mes préférences tant il m'apparait que mes choix d'aujourd'hui ne seront pas forcément ceux de demain et ceux de demain ne seront pas forcément non plus ceux d'après-demain... quand j'aurais écouté une dizaine de fois ce double album, peut être serais-je plus disert, tout au plus puis je vous dire que la seconde moitié de "Heterotopia", à partir du douzième titre, me semble plus facile d'accès, plus facile à écouter.

 

Coté voix, le timbre vocal de Lainey pour protéiforme qu'il soit, laisse transparaitre des intonations de nombreuses chanteuses américaines de la génération précédente, un petit peu de Pat Benatar par ci, un petit peu de Cindy Lauper par-là "Turning Into The Strange" et "Power of The Ghost", des traces de Joan Jett évidentes dans "Rock Singer" le second titre du premier cd, un chant qui globalement s'écoute avec aisance ; nous signalerons aussi deux titres vocodérisés à la Alan Parsons (18 et 20) qui obtiennent mon aval sans concession et quelques titres très music-hall, Broadway n'est pas loin (9, 21 et 23).

 

Coté solistes, suivant les pièces, l'organiste/claviériste Peter DANILCHUK nous propose une palette sonore XL et inventive et le guitariste Brendan BURNS (qui a quitté la formation bostonienne depuis) évolue plutôt dans un registre médian, avec un toucher fin et ciselé, pas de soli à perte de vue (le format des morceaux ne le permettant pas) sauf dans "Specter Lyfe".

 

Il vous faudra donc pour apprécier ce péplum musical de la patience, de la concentration et ouvrir très grandes vos oreilles, pas simple tout ça et peut-être aussi agir comme votre serviteur, écouter les morceaux dans un ordre aléatoire.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Overture (6:01)

2. Rocksinger (2:28)

3. The Big Slide (3:50)

4. Cat Centipede (7:48)

5. The Abyss (5:37)

6. Radio (2:42)

7. Walk You Through (2:32)

8. Edge of a Dream (4:48)

9. The Leitmaiden (3:22)

10. The Legend of Enantiodromia (3:36)

11. Specter Lyfe (4:52)

12. Dead Girl (4:55)

13. Turning into the Strange (3:13)

14. The Edge Annihilate (2:52)

15. Power of the Ghost (3:25)

16. You and I (3:33)

17. Into Tomorrow (3:29)

18. The River (4:26)

19. Bottom of the River (1:53)

20. Enantiodromia Awakens (6:29)

21. Zombie Connection (4:49)

22. Keep Your Head (1:25)

23. Day of the Rogue (6:07)

24. Utopia (4:25)

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Lainey Schooltree / vocal, piano, synths

- Brendan Burns / guitar

- Derek Van Wormer / bass

- Tad Collins / drums

- Peter Danilchuk / organs, synths

- Peter Moore / nylon guitar, additional vocals-keys & programming

bottom of page