top of page

CHRONIQUE / REVIEW

quasar

memories of times yet to be

Releases information

Release date: December 15, 2016

Format: Digital, CD, DVD

Label: Auto Production / Self Released

From: Royaume-Uni / UK

8,0

Philippe André - January 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Encore un retour pour le moins inattendu d'un groupe britannique issu de la vague néo progressive du début des années quatre-vingt ; après COMEDY OF ERRORS depuis 2011 et MULTI STORY l'an dernier, voici le nouvel album du quintet QUASAR mené par le bassiste et douze cordistes Keith TURNER. La formation actuelle est stable depuis 2012 après avoir vu passer un florilège de vocalistes et d'instrumentistes différents (pas moins de cinq claviéristes, cinq batteurs et six guitaristes depuis 1979 !!!). Souhaitons-leur simplement de bénéficier du même regain d'intérêt que les deux précédents susnommés de la part de la filière auditrice progressive.

 

De qui peut on rapprocher QUASAR ? En premier lieu, incontestablement LANDMARQ puisque la chanteuse Keren GAISER a succédé à Tracy HITCHINGS (aujourd'hui vocaliste de LANDMARQ) avec un dièse en plus car Keren est une brillante claviériste ; puisque nous sommes au chapitre claviers, QUASAR a aussi l'avantage de posséder deux titulaires à ce poste, outre Keren, nous avons également Robert ROBINSON dans le groupe depuis 2008.

L'album n'est pas long, à peine plus de quarante-six minutes, mais cela me va très bien. Le titre d'ouverture qui approche les onze minutes "Eyes of the Innocents" est totalement réminiscent des autres formations avec chant féminin, bien dans la veine néo prog susmentionné, avec une guitare incisive, très lyrique, bien posé, ultra mélodique (Clancy FERRILL) qui tournoie sous les nappes de claviers de Keren et Robert, un vrai must pour ceux qui apprécient ce genre de musique. "In the Grand Scheme of Things" est le 'single" de l'album de par sa durée et aussi par le fait qu'il est joué depuis plusieurs années par QUASAR sur scène, en quelque sorte il fait office de vitrine pour la formation britannique, un titre relativement calme avec beaucoup de choeurs, proche de MAGENTA pour vous donner une idée.

 

Nous passons ensuite  au second titre qui avoisine les onze minutes "The Space in Between" ne dépare pas dans le paysage musical que nous propose QUASAR, une six cordes véloce, et les claviers qui se promènent à travers le morceau, beaucoup de synthétiseur et très peu de piano (pour vous situer la trame), la voix de Keren rejoint une fois encore celle de Christina, une tessiture vocale un brin voilée, quelque peu rauque, la seconde moitié de ce titre s'avérant bien supérieure à la première surtout grâce à l'usage fait des synthés et une brillante utilisation de la basse ronde et mélodique du maitre de cérémonie Keitn TURNER.

Les deux derniers titres sont assez longs aussi, compris tous les deux entre neuf et dix minutes, "White Feathers" peut surprendre et même dérouter avec une base rythmique mi reggae, mi jazzy dans son premier tiers, avant une incursion orientalisante intéressante due là aussi aux quatre cordes, mon reproche sera que ce titre est beaucoup trop chanté (environ huit minutes sur un peu moins de dix), dommage car la partie finale instrumentale est fort belle.

 

Le conclusif "Enigma at the Louvre" débute dans une veine théâtrale qui rappelle encore une fois LANDMARQ (pour le chant bien sûr), le déluge claviéristique qui s'en suit aéré par la guitare douze cordes de Keith TURNER n’en est que plus agréable et plus passionnant, Clancy FERRILL prenant le relais avec à nouveau un grand lyrisme à la guitare six cordes, incontestablement la meilleure pièce de cet album de QUASAR. L'avenir et surtout la concurrence nous dira si le quintet britannique a mis la barre assez haut ou pas.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Eyes of the Innocents (10:59)

2. In the Grand Scheme of Things (5:09)

3. The Space in Between (10:52)

4. White Feathers (9:56)

5. Enigma at the Louvre (9:39)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Keren Gaiser / Vocals, Keyboards

- Clancy Ferrill / Guitars

- Paul Johnson / Drums

- Keith Turner / Bass, Bass Synth, 12 String

- Robert Robinson / Vocals, Keyboards


 

bottom of page