top of page

CHRONIQUE / REVIEW

quarto vuoto

illusioni

Releases information

Release date: June 26, 2017

Format: Digital, CD

Label: Lizard Records

From: Italie / Italy

8,2

Philippe André - December 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Encore une formation qui ne m'est pas inconnue puisque j'avais chroniqué en son temps, leur premier effort discographique, un EP trois titres en 2014. Les quatre membres de QUARTO VUOTO sont très jeunes, comme c'est souvent le cas dans les groupes italiens aujourd'hui puisqu'ils ont entre vingt-quatre et vingt-sept ans, vous me direz c'était l'âge de nos glorieux dinosaures dans les  années soixante-dix...

Que s'est-il passé pour QUARTO VUOTO durant ces trois années ? Ma question n'est pas anodine puisque le violoniste/chanteur du premier mini album a quitté le groupe de TREVISE. Et surtout, il chantait bien, ce qui est rarement le cas dans les groupes transalpins actuels, d'autant que vous connaissez mon exigence en matière de chant. Avec cette oeuvre présente, nous n'aurons pas ce problème puisqu'elle est totalement instrumentale, chic me glisse une petite voix à l'oreille.

Instrumental mais encore ? Le titre d'ouverture est complètement planant, entame assez curieuse qui nous ramène aux groupes allemands principalement de la première moitié des années soixante-dix...Pour "Coscienza Sopita", une basse ronde et une batterie énergique nous sorte de notre léthargie première et franchement ça fait du bien, cette pièce est survolée de bout en bout par la guitare puissante mais néanmoins suffisamment mélodique pour susciter notre intérêt, de Luca VOLONNINO. Les morceaux trois et quatre qui sont les deux plus longs, les deux au-dessus des onze minutes ont un autre point commun au-delà de leur durée, puisqu'un saxophone ténor manié par Giulio DALLA MORA intervient dans chacun d'entre eux. "Impasse" est une pièce passionnante qui prend son essor à partir de la cinquième minute, une rythmique foisonnante avec un gros travail de Nicola D'AMICO sur ses tambours, une guitare volubile sans être envahissante et le saxophone qui enrobe le tout, le tour est joué et bien joué. "Apotis" quant à lui, est tantôt hard, tantôt jazzy, tantôt fusion, un drôle de mélange pour lequel plusieurs écoutes n'ont pas réussi à me convaincre, pas mauvais mais vraiment bizarre, à coté le KING CRIMSON le plus récent fait dans la simplicité et le commercial, c'est tout dire !!!

"Due'lo" débute comme le morceau introductif, un planant sidérale sur fond de claviers (Mattia SCOMPARIN) bientôt rejoint par une guitare discrète et très lyrique, avant que n'apparaisse la très solide section rythmique entrevue un peu plus tôt dans le disque (Edoardo CERON et Nicola D'AMICO), musicalement ma pièce préférée car baignée par des ambiances modulaires diverses et suffisamment mélodiques pour que l'auditeur ne perde pas le fil. Reste le morceau conclusif, le plus court "Tornero" mais aussi le seul où apparait un violon, joué par un invité Mauro SPINAZZE, et qui dit violon dit lyrisme exacerbé, particulièrement chez nos amis transalpins, complètement d’une réminiscence d'un IL CASTELLO DI ATLANTE pour n'en citer qu'un, superbe.

Au final, une oeuvre agréable mais inégale, "Nella Media" comme l'on dit dans la langue de DANTE.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Nei Colori del Silenzio (5:31)

2. Coscienza Sopita (6:50)

3. Impasse (11:31)

4. Apofis (11:03)

5. Due°Io (9:15)

6. Tornerò (4:57)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Edoardo Ceron / Bass

- Nicola D'Amico / Drums

- Mattia Scomparin / Keyboards

- Luca Volonnino / Guitar

With:

- Giulio Dalla Mora / Tenor Sax (3,4)

- Mauro Spinazzè / Violin (6)

bottom of page