top of page

CHRONIQUE / REVIEW

nik turner

life in space

Releases information

Release date: September 1, 2017

Format: CD, Vinyl, Digital

Label: Cleopatra Records

From: Royaume-Uni / UK

7,5

Alan Charles - December 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

AVANT PROPOS : Je serai honnête et affirmerai mes couleurs dès le début de cette chronique. Je n’ai jamais aimé HAWKWIND. Nik TURNER est un ex-membre de ce groupe mythique… pour certains. J’ai donc accepté de faire l’analyse de cet album pour dépanner. Mais je vous assure que je serai très juste! Voici donc…

Nik TURNER est totalement et résolument accroché au psychédélisme de la fin des années soixante! Vous aimez les débuts de PINK FLOYD, TRAFFIC, ARTHUR BROWN, et autres de ce style? Cet album est pour vous! Il en contient tous les éléments mais sa production est excellente et moderne, malgré sa sonorité « vintage. » Et vous savez quoi? Je me suis laissé prendre au jeu et… j’ai aimé ça! Comment est-ce possible? Probablement parce que M. TURNER réussi à se « ramasser » et être cohérent. Les pièces se tiennent sans trop le délire qui caractérisait le psychédélisme, lorsque les musiciens croyaient qu’un total n’importe-quoi était du grand art…

Pourtant, dès les premières notes de « End Of The World, » on est directement plongé en 1967 aux UFO de Londres! Puis, après quelques secondes de bruits incohérents, de cristallines notes de piano se font entendre et ça décolle doucement. Mais je n’étais pas sorti du bois, une voix tout droit envoyée de cet espace sidéral propre aux drogues hallucinogènes se fait entendre…Eh merde… Mais heureusement, la voix de TURNER est « nettoyée » et le tout devient limpide et… agréable! Si vous aimez le son à la Syd BARRETT, bien sûr, i.e. prise dans un Jello d’écho. Mais, sans blague, c’est bon! La flute se marie bien au magma de guitare (heureusement en arrière-plan dans le mix) et même le sempiternel Mellotron se digère facilement! Pour « Why Are You? » la voix se fait plus menaçante mais c’est réellement une « loop » de guitare au wah-wah qui tient la pièce avec, bien sûr, l’omniprésent Mellotron. Cette pièce n’est ni plus ni moins qu’un long solo sur un accord (il en utilise 2 autres pour le refrain…) Ce qui pourrait devenir lassant est en réalité envoûtant! (Au moment d’écrire ces mots, il n’est que 9:35! Je n’ai rien fumé!)

Les trois pièces suivantes de cet album sont bâties sur le même canevas : une intro « space » suivie d’une guitare ou d’un synthé/Mellotron qui fournit la fondation en forme de « loop » sur laquelle la voix de TURNER, plus parlée que chantée, est apposée, le tout agrémenté de sons spaciaux-temporels. Dans ce magma, quelques guitares acoustiques, flûte, sax ou autres viennent nous faire un petit coucou sur quelques mesures, brisant la « linéalité » de l’ensemble. Où se trouve la section rythmique dans tout ça? Tout à fait derrière, presque sans importance. Mais ça se tient tout à fait! Un peu redondant par instant mais tout de même agréable d’écoute. Sauf… La fin gâte un peu la sauce…Les pièces « Approaching The Unknown » et « As You Were » vont exactement dans la direction opposée de ce que j’ai décrit ci-dessus… Du parfait n’importe quoi… Avec « Master Of The Universe, » ce sont les pièces les moins intéressantes de l’album même si cette dernière est la moins pire des trois.

En ce qui concerne l’exécution, oubliez les envolées de dextérité inhumaine mais les musiciens savent jouer et c’est bien exécuté. La production est à la hauteur de ce type de musique. Il n’y a rien là qui puisse insensibiliser l’ouïe à jamais.

En conclusion, si vous aimez le space-rock des années 60 psychédéliques, le délire incompréhensible et autres élucubrations LSDennes, vous serez servis. Mettez-vous une vidéo (muette) de fille qui danse à moitié nue sous les stroboscopes et flashes de couleurs vives, avec comme arrière-plan de l’huile qui gigotte sur écran, éteignez les lumières, et vous y êtes. Pour les autres, qui aiment à petite dose, les 5 premières pièces de l’album valent le coup.

NOTE : Ma note basée sur des critères techniques bien précis ne dévoile pas mon plaisir qui, lui, en ce lundi matin de décembre, vaut un 7.5!

 

PISTES / TRACKS

 

1. End Of The World (6:08)

2. Why Are You? (7:09)

3. Back To Earth (5:09)

4. Secrets Of The Galaxy (4:36)

5. Universal Mind (3:53)

6. Approaching The Unknown (6:27)

7. As You Were (5:28)

8. Master Of The Universe (5 :51)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Nik Turner - Vocals, Sax, Flute

Nicky Garratt - Guitar

Hephera Moon - Keyboards

Bryce Shelton - Bass

Jason Willer - Drums

Simon House - Violin

Jurgen Engler - Moog Synthesizer, Guitar, Bass

Chris Lietz - Keyboards

Paul Rudolph - Guitar on "End Of The World"

bottom of page