top of page

CHRONIQUE / REVIEW

kotebel

Cosmology

Releases information

Release date: July 31, 2017

Format: Digital, CD

Label: Musea Records

From: Espagene / Spain

9,1

Denis Boisvert - September 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

Vous aimez le symphonique?  Kotebel, ces virtuoses espagnols partent d’une formation classique et font un mariage exquis d’éléments rock et jazz avec cette touche ibérique folklorique à l’occasion. Le compositeur-maître Carlos PLAXA VEGAS a maintenant l’aide de sa fille ce qui nous donne deux claviers en dominance. Pour le reste on a le trio rock classique: guitare, basse et batterie. Pour cet album on a aussi droit à de la flûte, courtoisie de Omar ACOSTA. La Suite Cosmologique représente 4 différents concepts de l’univers après une belle introduction représentant la genèse du monde. L’idée est très originale et les pièces très représentatives.

 

Kotebel est mieux connu en Europe et en est à son septième album studio échelonnés sur une période de 18 ans. Ils avaient fait un travail remarquable avec leur dernier: ‘Concerto for Piano and Electric Ensemble’. Mais dès “Omphalos’ en 2006 ils sont au sommet de leur art.  Complètement instrumentale, leur musique est complexe, évocatrice et symphonique. Carlos aime bien ajouter des tonalités de claviers synthétiques tels mellotrons et orgue. Mais les touches de guitares électriques et classiques sont très présentes aussi. Les comparatifs sont difficiles à trouver tant leur son est original mais on peut penser à ‘The Enid’ ou ‘The Psychedelic Ensemble’.  Certains passages, en particulier dans le morceau ‘Entangled Universe’ m’ont brièvement rappelé le regretté Keith EMERSON.

 

On ouvre avec ‘Post Ignem', littéralement ‘Après le feu’, une belle progression de 8+minutes qui mets la table pour la suite.  Le premier univers voit la terre comme le centre des choses et relate la période avant Galileo et est plus classique et suit un peux le format concerto avec des envolées de flûtes et de guitares électriques. Dès les premières notes de ‘l’univers mécanique’, on embarque. Des bruits de machinerie, un lied de clavier répétitif comme le fait si bien ‘RPWL’, très moderne et un de mes favoris. La pièce ‘Entangled Universe’ (l’univers enchevêtré) est comme son titre très complexe et indéfinie (tout est connecté) mais contient de superbes passages de claviers rythmés et la flûte s’en donne à coeur joie. On enchaîne avec ‘Oneness’ un concept complètement différent où l’univers n’est qu’une seule chose, une seule entité. Un concept plus difficile à rendre musicalement mais un très beau morceau avec plus de passages mélodiques que les autres.

L’album est complété par trois autres pièces: un morceau composé par le guitariste Cesar Forero ‘Mishima’s Dream’ qui s’avère être un morceau moderne et progressif à souhait, un morceau sur un des personnages imaginaires de Jorge Luis Borges ’A Bao a Qu’ qui contient de très beaux passages de guitares acoustiques et un ‘remastering’ d’un petit morceau initialement écrit pour un projet ‘Colossus’: le Paradis de Dante.

 

Donc dans l’ensemble un album riche, brillant, qui étonne et enchante. Du matériel supérieur! Une coche moins complet et accrocheur que le ‘Concerto pour Piano  et Ensemble Electrique’ mais pas loin derrière.  Si vous aimez la musique symphonique vous adorerez. A écouter très fort sur un bon système ou avec des écouteurs. Moins soyez avisés que ce n’est pas de la musique de chambre ou pour la ballade en auto. J’en ai profité pour revisiter leur catalogue antérieur et je vous invite à faire de même car ils méritent d’être mieux connus.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Post Ignem (8:27)

2. Cosmology Suite: Geocentric Universe (7:35)

3. Cosmology Suite: Mechanical Universe (7:53)

4. Cosmology Suite: Entangled Universe (8:47)

5. Cosmology Suite: Oneness (8:15)

6. Mishima's Dream (5:29)

7. A Bao a Qu (4:31)

8. Canto XXVIII (7:21)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Carlos Franco Viva: drums, percussion

César Garcia Forero: guitars

Jaime Pascual Summers: bass

Adriana Nathalie Plaza Engelke: piano, keyboards

Carlos G. Plaza Vegas: keyboards

Invité: Omar Acosta, flute

bottom of page