top of page

CHRONIQUE / REVIEW

innerspace

rise

Releases information

Release date: September 29, 2017

Format: Digital, CD

Label: Auto-production / Self Released

From: Canada

9,0

  Philippe André - October 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Direction MONTREAL à la découverte du second album d'INNERSPACE avec une nouvelle équipe puisque ne subsiste du premier cd de 2012 que les deux guitaristes Phil BURTON et Simon ARSENAULT, un disque pour être honnête que j'avais zappé à l’époque. Personne ne pourra qualifier ce nouvel opus de partial puisque c'est le seul non canadien de profilprog.com qui s'est chargé de la chronique.

Ce "Rise" est un concept album basé sur notre monde actuel, sur la mondialisation et ses effets négatifs, un monde dystopique (anti-norme d'utopique), chacun jugera suivant sa propre sensibilité mais évidemment c'est tout sauf réjouissant, l'album et ses textes sont comme sa pochette plus gris que blanc.

"Dawn", les chiens aboient, la caravane passe sous les auspices bienveillants d'un chant en latin, c'est ainsi que commence "Rise". Fan devant l'éternel de progressif symphonique et instrumental, je ne peux que m'incliner et vous dire que "Tree of Life" et ses dix minutes est Somptueux agrémenté de quelques vocalises en latin dans le final, INNERSPACE peut remercier le sextet d'invités qui donnent cette couleur si savoureuse et si particulière à cette pièce (c'est leur choix évidemment et c'est tout sauf du hasard). Les deux titres suivants sont magnifiquement chantés par la voix légèrement rauque de Phil BURTON (ce qui ne sera pas le cas de toutes les autres pièces chantées) deux titres qui nous renvoient indéniablement vers le PINK FLOYD Gilmourien des deux dernières décennies ou de leurs enfants adoptifs RPWL, ah cette guitare dans la seconde partie de "In Motion" c'est juste sublime !!! "Fill the Void" est plus mainstream et donc moins progressif, "Sunset" aère le propos par le biais de la flute de Gabriel GENEST avant un final Waterssien en diable ; mon seul bémol du disque sera  "Under the Spotlight" un titre où je trouve que notre ami Phil force trop sa voix (surtout que celle-ci est renforcée par celle de l'invitée Pamme YOUANCE), il est beaucoup plus à l'aise dans un registre vocal plus doux à mon humble avis, bon ce n'est pas gravissime non plus et c'est le concept même de l'album qui veut ça...

Place maintenant à la pièce majeure de l'oeuvre, au moins pour sa longueur, plus de vingt- huit minutes au compteur, bienvenue dans le délire dystopique "Dystopian Delirium", divisé en cinq parties. La première partie "From Sea to Sea" chantée aussi en latin est une très bonne introduction à "Shadow of Freedom" qui sera le morceau le plus hard de l'album, ça bastonne sévère par rapport au reste du disque, une seconde partie entrecoupée d'un pont musical de voix off et de chuchotements qui renvoient au FLOYD, celui de Roger WATERS.

Et après ? Après, les parties trois, quatre et cinq nous offre le meilleur d'INNERSPACE, un fabuleux enchainement de vingt-trois minutes à écouter jusqu'à plus soif, magnifié par les violons de Jolyane LEMAY; comme je le dis régulièrement du beau, du grand progressif symphonique pour celles et ceux qui apprécient ce sous genre de la musique progressive (dont votre serviteur cela va de soi), rien à ajouter musicalement parlant ; le mixage et la production finale de "Rise" sont assurés par Simon L'ESPERANCE, également six cordistes de KARCIUS et nous sommes ici au top du son que nous pouvons espérer aujourd’hui ; la jaquette de l'album quant à elle été réalisée par Roberto Jr NAPOLITANO sur une idée de Marc André BRUNELLE, claviériste d'INNERSPACE.

INNERSPACE, encore un candidat avéré pour un top 10 de cette bien belle année 2017 de notre musique de coeur.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Dawn (2:47)

2. Tree Of Life (10:34)

3. The Other Side (3:53)

4. In Motion (7:46)

5. Fill The Void (4:59)

6. Sunset (3:56)

7. Under The Spotlight (6:46)

8. Dystopian Delirium I-From Sea To Sea (2:53)

9. Dystopian Delirium II-Shadow Of Freedom (4:22)

10. Dystopian Delirium III-Forsaken Dreams (11:55)

11. Dystopian Delirium IV-Stronger Than Death (6:22)

12. Dystopian Delirium V-Dusk (3:13)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Phil Burton / rhythm guitar, vocals

- Simon Arsenault / lead guitar

- Marc-André Brunelle / keyboards

- Thierry Clouette / bass

- William Régnier / drums

 

With the Help from:

 

• Jolyane Lemay: violins

• Gabriel Genest: flute

• Nawar Halaleh: trumpet

• Lauriane Massie: french horn

• Alexis Desrosier-Michaud: trombone

• Alexis Boulanger: tuba

 

And Pamme Youance: solo voice on track 7

bottom of page