top of page

CHRONIQUE / REVIEW

EURASIA

IL MONDO A ROVESCIO

Releases information

Release date: May 16, 2017

Format: Digital, CD

Label: Banksville Records

From: Italie

8,7

Jimmy Farley - June 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Il y a une réelle effervescence du côté de l’Italie en 2017.  J’ai répertorié 27 nouveaux groupes depuis le 1er mars qui nous ont offert autant de nouveaux CD dont Eurasia formé de 5 musiciens dont je n’avais jamais entendu parlé auparavant (ma base de données contenant plus de 2155 musiciens prog italiens ne fait référence à aucun d’entre eux). Comme c’est le cas pour chaque nouveau groupe, j’aime utiliser les comparables pour aider le lecteur à se situer parmi les repères connus. Ici rien de comparable. Même Progarchives n’en parle pas. Je vais donc essayer décrire le mieux possible à qui on a affaire.

Mentionnons d’abord que l’album compte 10 pièces dont la durée varie de 3 :50 à 7 :42 avec un total de plus de 56 minutes, ce qui est bien raisonnable pour un premier opus.

La première pièce « Un mondo a rovescio » est un réel avant-goût de ce qui nous attend. C’est chanté durant plus de 80% du temps avec un Moreno DELSIGNORE qui a une voix très similaire à celle d’Alessio CALANDRIELLO de La Coscienza di Zeno. Le rythme est carrément jazzé à la Arti & Mestieri. Par contre inspiré par cette comparaison, je dois avouer que c’est un peu fade comme apéritif ((je me suis senti comme dans un piano bar en train d’écouter un crooner) mais heureusement la suite est beaucoup plus intéressante. En effet, même si tous les morceaux sont construits de la même façon, il n’existe aucune répétition. Vous ne retrouverez pas la structure « couplet – refrain -couplet) loin de là. Chaque morceau est une suite ininterrompue de notes propulsées sans artifices (pas de synthétiseurs ni trop de pédales de guitare), magnifiquement jouées par des musiciens très synchronisés et offrant un produit fluide et sans répétition. Une performance de composition rare. Je donne une mention honorable à la section rythmique occupée par Diego MARZI à la batterie et Paolo CAGNONI à la basse. Jamais ils n’ont eu la tentation de faire du remplissage. La maîtrise qu’ils ont de leur instrument leur permet des passages très sophistiqués et d’une pertinence justifiant une écoute ciblée.

Quant à Moreno DELSIGNORE, la comparaison avec Alessio CALANDRIELLO a ses limites. Le timbre est le même mais DELSIGNORE possède un espace vocal bien plus large et beaucoup plus de diversité et de nuances dans ses intonations. Il a aussi une voix qui devient rauque lorsqu’il la pousse un peu. Rauque d’un grain fin qui n’écorche pas l’auditeur. Il y a aussi un peu de folie à la Peter HAMMILL et le fait que ce soit chanté en italien nous fait oublier qu’on a affaire à un chanteur. On a l’impression que sa voix devient un instrument. Instrument qu’il maîtrise à la perfection. Il est en osmose avec ses musiciens et jamais on n’entendra de répétition parce qu’il a le même pattern à suivre qu’eux.

Finalement une autre mention honorable que j’accorde au quatuor à cordes Quartetto Artemide qui nous offre une belle prestation durant la dernière pièce « Sora no tamoto », sans oublier le court passage très réussi du trompettiste Alberto MANDARINI durant « Bispensiero » (ma pièce préférée).

Je m’en voudrais de laisser sous silence le travail très efficace du guitariste Marco CAVALLO qui nous offre trop peu de soli. Le claviériste Simone TORRIANO de son côté est trop discret à mon goût, mais ça pourra être corrigé dans un deuxième opus à venir.

Ah oui j’oubliais la touche de Canterburry à la Hatfield and the Notrh dans la pièce « Il fantasma del tiranno ». Ça m’a accroché un sourire.

 

PISTES / TRACKS

 

1 - Un mondo a rovescio (6 :38)
2 - Fatti i fatti tuoi (6 :32)
3 - Il buio nero (4 :33)
4 - L'avvenire di un'illusione (6 :13)
5 - Il fantasma del tiranno (5 :45)
6 - Vado contro (3 :50)
7 - Il segreto nascosto (6 :25)
8 - La luna in tasca (4 :52)
9 – Bispensiero (7 :42)
10 - Sora no tamoto (3 :58)
 

Total 56 :33 minutes

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Moreno DELSIGNORE: voix

Marco CAVALLO: guitares

Paolo CAGNONI: basse

Diego MARZI: batterie

Simone TORRIANO: claviers

     Avec

Luigi RANGHINO: piano / claviers (1, 4, 7, 8)

Alberto MANDARINI: trompette (9)

Edoardo GENARO: claviers (3, 9)

Quartetto Artemide (10)

- Silvia MANGIAROTTI: violon

- Helga OVALE: violon

- Alyona AFONICHKINA: viole

- Cecilia SANTO: violoncelle

bottom of page