top of page

CHRONIQUE / REVIEW

electric orange

eoxxv

Releases information

Release date: September 18, 2017

Format: Digital, CD x2, Vinyl x3

Label: Studio Fleisch

From: Allemagne / Germany

8,5

Richard Hawey - October 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

ELECTRIC ORANGE est synonyme de continuité, avec ce dernier album, « EOXXV », le groupe célèbre ses vingt-cinq ans d’existence. Pour les fervents de détail, sachez que le titre de l’album est un acronyme qui signifie « Electric Orange, vingt-cinq ». De plus, l’enregistrement s’est fait sous l’œil et l’oreille expérimenté de Eroc. Le package de la version CD est aussi représentatif de l’évènement, il se présente sous la forme d’un digipack trois panneaux agrémenté d’information sur chacune des pièces et il est aussi disponible en version vinyle Deluxe contenant trois albums. Donc, 2017 est une année mémorable pour ce quatuor allemand. ELECTRIC ORANGE (E.O.) a décidé de gâter ses fans du côté musique, sept titres sur deux CD, plus de deux heures de musique. Comme vous pouvez le visualiser sur la liste des pistes, E.O. s’est laissé aller et n’a pas lésiné sur la longueur et la qualité. Parlant du groupe, nous retrouvons avec plaisir les deux membres fondateurs, Dirk Jan MÜLLER et Dirk BITTNER bien secondé par Tom RÜCKWALD et Georg MOHNHEIM.

Il est à noter que les trois pièces du premier CD ont été enregistré en mars, avril et mai 2013. Tandis que sur le second, « Misophonia IV et V » ont été mise en boite en janvier 2016, « Faint » et « Residuum », quant à elles, datent de janvier 2017. Toutes ont été mixées en janvier de cette année.

Le premier CD débute avec « Continuum », une entrée en matière qui s’étale sur plus de vingt minutes. Tous les éléments reliés au Krautrock et au space rock y sont présents. Le groupe prend tout le temps nécessaire pour nous installer. La montée vers les cieux se fait tranquillement, à l’écoute je pense au film culte (A 2001 Space Odyssey) sorti en 1968. Je revoie certaines séquences du film en écoutant ce premier titre. Ici l’auditeur a droit à des rythmes hypnotiques, des effets électroniques variés, des montées sonores psychédéliques. Une belle entrée en matière. « Under the Nun » se présente différemment, j’oserais dire plus conventionnel comme composition, du moins en première partie, car ça change dans la seconde. La rythmique tribale fait surface, les effets sonores reviennent nous hanter, la guitare étale ses accords dans un ensemble qui peut être une improvisation ou une composition hyper bien calculée, je ne sais pas, mais elle fait son effet. « Gnosis » est le seul titre qui ne se retrouve pas sur le vinyle. La pièce débute lentement et cette lenteur oppressante se poursuit engendrant une variété de situations sonores qui place l’auditeur devant une sorte de liberté auditive. Dans les dernières minutes les percussions se font plus intenses, accompagnées par les claviers. Si vous écoutez cet album en continu, vous noterez que chaque pièce est reliée à la suivante et que « Gnosis » rejoint « Continuum ».

Le second CD offre « Misophonia IV » et « Misophonia V », une suite de près de trente-sept minutes. Avec « Misophonia IV » c’est un schéma quasi identique aux pièces précédentes, début plutôt calme qui se développe et explose avec l’apparition des percussions. Sur la suivante, c’est l’impression de mystère et d’urgence qui est ressentie. Encore une fois les percussions sont très présentes, enveloppées par une multitude de sonorités comme seule ELECTRIC ORANGE peut le faire. « Faint » ouvre sur des références orientales et se transforme pour nous faire voyager au-delà des étoiles. « Residuum » clos cet album anniversaire, c’est comme si les membres du groupe voulaient nous voir revenir dans une réalité tranquille.

Il y a des termes que j’aurais pu utiliser sur chacune des pièces comme, hypnotique, tribale, claviers fumants, space, effets divers. À la base c’est ça le son d’ELECTRIC ORANGE, il nous offre la possibilité de nous transporter ailleurs selon notre goût. À l’occasion, il arrive que le terme cinématique soit employé sur certaines descriptions, ici cette expression s’applique parfaitement à la musique du groupe. La musique d’ELECTRIC ORANGE n’est pas facile à apprivoiser, elle demande une bonne ouverture d’esprit. Soyez curieux et faite comme eux, débuter votre expérience lentement et suivez les dans les méandres de leur cerveau.    

PISTES / TRACKS

 

CD 1

  1. Continuum (22:58)

  2. Under The Nun (15:55)

  3. Gnosis* (20:03)

CD 2

  1. Misophonia IV (20:00)

  2. Misophonia V (16:39)

  3. Faint (22:00)

  4. Residuum (16:55)

*CD only

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Dirk Bittner / guitar, darbuka, percussion, phonofiddle, cowbell, cajón
- Dirk Jan Müller / hammond organ, mellotron, synthesizer, string ensemble, clavinet
- Tom Rückwald / acoustic & electric bass, drop guitar
- Georg Mohnheim / drums

bottom of page