top of page

CHRONIQUE / REVIEW

il bacio della medusa

live

Releases information

Release date: September 22, 2016

Format: Digital, CD

Label: AMS Records

From: Italie / Italy

8,2

Richard Hawey - February 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Pour les fans du rock progressif italien, la découverte en 2008 du second album d’IL BACIO della MEDUSA (Le baiser de la Méduse), « Discesa Agl'Inferi D'Un Giovane Amante » fut une révélation. Il faut se rappeler que leur musique offre un côté plus hard que la plupart des groupes italiens, elle peut se rapprocher du style de Osanna par exemple. Cet album, simplement intitulé « Live », a été enregistré au Festival Art Rock de Perugia le 25 octobre 2015 devant un public nombreux et sympathique : il s’agit ici d’un spectacle puissant, mature et inspiré. ‎La forte et fascinante interprétation vocale de Simone CECCHINI traverse facilement chacune des pistes, et elle est magistralement soutenu par la guitare intense de Simone BROZZETTI, le saxophone et la flûte acrobatique d’Eva MORELLI et naturellement bien appuyé par une section rythmique solide tenue par Diego PETRINI à la batterie et de Federico CAPRAI à la basse. Disons aussi que cette performance est enrichie par les sons de synthé sauvage et expérimental. Il BACIO della MEDUSA (IBdM) nous propose sur cet opus un retour sur leur trois albums studios, tout ça dans un contexte assez farouche, et bien embelli par mille détails qui surprendront les plus exigeants. Il me faut vous dire aussi que IBdM partageait la scène avec nul autre qu’Aldo TAGLIAPIETRA (Le Orme).TagliapietraTagliapietra Tagliapietra.

Les temps morts sont quasi inexistants étant donné que le groupe a seulement une heure pour présenter son spectacle, alors attaché bien votre ceinture, c’est parti. Des croassements de corneilles introduisent « Requiem per i Condannati a Morte » qui, dès la première note, montre un groupe énergétique. La section rythmique est de la dynamite, BROZETTI enflamme l’environnement avec sa guitare sauvage. Eva MORELLI, l’enchanteresse, sait comment être une fée avec sa flûte ou une sorcière avec un sax tranchant. La présence vocale de Simone CECCHINI pourrait rendre jaloux les plus célèbres, les compétences vocales lui permettent d’effectuer des changements dans sa voix qui nous amène même à croire qu’il y a un autre chanteur, il suffit d’écouter « Indignatio » assez virile et « Simplicio » plus calme, pour se poser la question. « Deus lo Vult », la pièce titre de leur dernier album ne donne pas sa place, elle nous rentre dedans, je m’imagine être dans la salle et me sentir renverser par le son. Une chance que la portion instrumentale avec ses solos de guitare, de flute et d’harmonica me ramène sur terre. « Ricordi del Supplizio » est légèrement plus modéré, la flute y est pour beaucoup. Elle me fait penser à du Led Zeppelin avec de la flute. Le temps disponible pour le groupe est de seulement une heure, alors pas de temps à perdre les chansons succèdent rapidement, sans temps mort. Les deux titres suivants sont tirés de leur second album « Discesa Agl'Inferi D'Un Giovane Amante ». Repentir, nostalgie et colère sont très bien rendu sur « Nostalgia Pentimento e Rabbia », c’est intense à souhait. « Melencolia » introduit une partie plus calme, suivi de « Cantico Del Poeta Errante » qui nous donne une nouvelle fois la chance d’écouter la merveilleuse flute d’Eva dans une intense interprétation de Simone CECCHINI. La grande finale tirée du premier album du groupe, « De Luxuria, Et De Ludo, Et De Taberna » est une conclusion magique marquée par les performances individuelles de CECCHINI au chant, MORELLI au sax et à la flute et BROZETTI à la guitare, avec la section rythmique qui, comme sur tout l’album, offre une prestation à couper le souffle au plus endurci.

‎Le concert m’a semblé être apprécié par un public réceptif. De mon côté, je ne peux nier avoir été impressionné par la voix de Simone CECCHINI, même si elle m’a agacé à certains moments. IL BACIO delle MEDUSA a toutefois offert, malgré la limitation dans le temps de sa présentation, une performance que plusieurs autres groupes pourraient copier. À découvrir! ‎

PISTES / TRACKS

 

  1. Requiem per i Condannati a Morte (9:16)

  2. OrientOccidente (5 :39)

  3. Indignatio (Infedeli in Terra Santa) (6 :38)

  4. Urbano II bandisce la Prima Crociata (2 :36)

  5. Simplicio (4 :41)

  6. Deus lo Vult (7 :17)

  7. Ricordi del Supplizio (7 :17)

  8. Nostalgia Pentimento e Rabbia (7 :04)

  9. Melencolia (5 :30)

  10. E fu Allora che dalle Fiamme mi Sorprese una Calda Brezza Celeste (3 :42)

  11. Cantico Del Poeta Errante (8 :26)

  12. De Luxuria, Et De Ludo, Et De Taberna (11 :19)

Musiciens / MUSICIANS :

 

-Simone Cecchini / lead & backing vocals, 6- & 12-string acoustic guitars, harp
-Simone Brozzetti / electric guitar
-Eva Morelli / flute, piccolo, alto, sopranino & tenor saxes, Theremin
-Federico Caprai / bass
-Diego Petrini / drums, percussion, Mellotron, organ

bottom of page