top of page

CHRONIQUE / REVIEW

Consorzio acqua potabile (with Alvaro "jumbo" fella

coraggio e mistero

Releases information

Release date: October 20, 2016

Format: CD, Digital, Vinyl

Label: Black Widow Records

From: Italie / Italy

9,2

Denis Boisvert - March 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

CONZORZIO ACQUA POTABILE (LE CONSORTIUM D’EAU POTABLE!) nous offre un petit bijou musical. Titré CORAGGIO E MISTERO (COURAGE ET MYSTERE) on a droit à un festin de sons, de mélodies, de variations, d’embellissements de claviers, de guitares couvrant tout le spectre des effets et d’un travail vocal tenace et expressif. Je trouve que la pochette capture bien l’essence de cet album: un troubadour, une scène médiévale, un chat mystérieux et des champignons magiques. On vogue en plein délire de Rock Progressive Italiano.  Qui sont ces joyeux lutins? Eh bien ils bossent depuis les années 70 mais n’ont sorti un premier album que dans les années 90 (un ‘live’ fait vers 1977) puis quelques albums depuis.  Pour CORRAGIO ils se sont associés avec un multi-instrumentalisme et chanteur émérite en la personne de Alvaro FELLA dont la voix théâtrale apporte une dimension dramatique et expressive à tout l’album.

 

Les comparaisons sont à la fois faciles et difficiles. Certainement ils sont dans le moule de BANCO DEL MUTUO SOCCORSO après tout ils sont quasi contemporains! mais on reconnaitra des passages à la PFM, d’autres à la JETHRO TULL qui ma foi, en rétrospective, était très RPI pour des anglais. IL y a des petits bouts GENTLE GIANT, mais oublions vite les comparaisons car CAP est unique en son genre. Ils sont surtout maîtres à créer des histoires et des humeurs et de superbes musiciens. La composition est belle mais c’est dans le détail qu’on trouve les perles: le choix de l’instrumentation, la délicatesse des arrangements et les multiples changements de tempo et de rythmes. J’ai particulièrement apprécié les claviers, les orgues gras, les synthétiseurs classiques. La guitare offre une belle présence aussi, impétueuse par moment, elle est bien présente sous plusieurs formes dont des passages wah-wah. L’imagerie contient aussi des effets spéciaux, dont des bruits d’animaux et bien sûr la voix puissante de raconteur d’Alvaro. Et n’oublions pas les flûtes.

 

Si on regarde en détail, la version digitale débute avec la pièce titre qui donne le ton. Un morceau musclé très rock et créant une ambiance de cirque. On a de belles variations de flûtes puis de guitares acoustiques et même une guitare électrique des années 60. A chaque tournant le BEAT change et séduit. Très bon. ‘Io Ti Canto’ débute en piano baroque mais on tombe dans un tango solide et électrique, avec des orgues à la GENESIS, les synthés et les chœurs s’ajoutent. Du solide. ‘Tra Le Scale E El Cielo’ est une belle mélodie offrant un duo entre deux chanteurs et des passages plus médiévaux incluant des instruments à vent y compris ce qui ressemble à un cromorne. ‘La Strada’ ouvre sur un arrangement symphonique moderne et enchaîne avec un fond de guitare sèche sur lequel se greffe un crescendo vocal et encore ses synthés sublimes et un beau solo de guitare. La pièce épique s’appelle ‘La Notte e Il Molino di Al’, un morceau de 21 minutes (un plein côté d’album pour les vieux du vinyl). Un peu plus complexe, le morceau passe par toute la gamme d’émotion et de passages PROG classiques. Une richesse sonore incomparable. Le reste de l’album continue de présenter des tableaux intéressant et différents.

 

La richesse mélodique et instrumentale est toujours au rendez-vous. Il n’y a pas vraiment de morceaux faibles. Tout n’est pas parfait. Comme avec tout album de RPI on aurait avantage à avoir au moins une traduction pour comprendre le texte italien qui ajouterait à la valeur de l’album.  Par moment la voix dominante d’Alvaro prend beaucoup de place et commande trop d’attention. Et bien sûr les passages instrumentaux bien que très fréquents ne durent pas assez longtemps à mon goût.

 

En somme un album très vivant, fascinant, courageux et mystérieux. Un ‘must’ pour les amants de RPI. Un très beau voyage pour l’amateur de prog. Plein de qualité. C’est toute beauté de voir du PROG classique produit avec soin et bénéficiant de tous les avantages de la musique digitale de nos jours (pas de mellotron à ajuster continuellement par exemple). Un album que je recommande fortement.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Coraggio E Mistero (12:01)

2. Io Ti Canto (6:13)

3. Tra Le Scale E Il Cielo (9:26)

4. La Strada (6:33)

5. La Notte E Il Mulino Di Al (21:10)

6. Ciao Alvaro (dove Vai?) (4:33)

7. Il Cervo E La Fonte (7:01)

8. Sette E Trenta (di Mattina) (5:44)


La version vinyle est un album double et offre une pièce de plus : Le Sette Stanze Di Dimitrji (14:58)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Maurizio Mercandino - vocals and guitar

Maurizio “Mux” Mussolin - drums

Luigi “Gigi” Secco - bass

Chicco Mercandino - guitar

Massimo Gorlezza - guitar

Enrico Venegoni - mellotron, keyboards

Maurizio Venegoni - minimoog , keyboards, woodwinds

Silvia Carpo - vocals, medieval flutes

Alvaro Fella (Jumbo) - lead vocals

Guests:  Guido Dipierro - electric guitar and Sergio Conte - keyboards

bottom of page