top of page

CHRONIQUE / REVIEW

cellar noise

alight

Releases information

Release date: February 10, 2017

Format: Digital, CD

Label: AMS Records

From: Italie / Italy

8,4

Philippe André - February 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Eh oui, cela faisait longtemps, un nouvogroupitalien !!! CELLAR NOISE débarque de MILAN sans crier gare et sous la houlette et la bienveillance de Fabio ZUFFANTI lui-même. La formation transalpine existe depuis 2013, sous la forme d'un quintet classique (basse, guitare, batterie, claviers et chant) et nous propose sept titres allant de 3:27 à 9:32.

 

Les deux leaders musicaux sont les deux solistes qui sont aussi à l'origine de la création du groupe, les deux derniers arrivants étant la fratrie BERSAN à la base rythmique. CELLAR NOISE nous offre globalement un très agréable opus, très inspiré par les maitres progressifs des années soixante-dix, rien de foncièrement original, juste un très bel album qui s'écoute avec aisance, personnellement je ne leur demande rien de plus.

Le titre introductif "Dive with Me", le plus long de l'œuvre, totalement instrumental, me semble le plus à même de plaire à la majorité de la communauté progressive, un titre tout en finesse et en progression harmonique, qui me fait immanquablement penser au morceau "Gorlitz" des français de PULSAR puisque on y entend un train qui s'arrête (et qui repart....), du mellotron (il y en a partout sur l'album), un piano délicat et une paire rythmique marquée et efficace qui soutient brillamment l'ensemble, un passage de violoncelle joué au clavier aux deux tiers du morceau, une bien belle composition dont on ne se lasse pas. "Underground Ride" un peu plus court (huit minutes quand même), chanté par Francesco LOVARI, et très bien chanté (même si je ne suis fan d'un italien qui chante en anglais...) n'a pas grand-chose à envier à la pièce précédente, la guitare acoustique d'abord puis électrique ensuite d'Alessandro PALMISANO en pole position, les claviers posés en fond sonore avant un entêtant solo de moog, un beau canevas tricoté avec passion et clarté.

Les deux titres suivants "Embankment" puis "Temple", près de quinze minutes à eux deux, continuent dans la même veine, du rock progressif italien dans toute sa splendeur, joué par des instrumentistes d'un incontestable talent, les deux références récentes qui me viennent à l'esprit en la matière sont LA MASCHERA DI CERA (LMDC) et aussi LA COSCIENZA DI ZENO (LCDZ), pas étonnant que le ZORRO du prog transalpin ce soit intéressé à eux, avec une touche de modernité et de métal (oui, oui) en plus pour la seconde partie fort réminiscente d'un certain Steve WILSON jusque dans le solo de six cordes entre la cinquième et la sixième minute. En FRANCE, nous appelons cela "une couille dans le paté", alors il faut bien avouer que le titre le plus court "Blackfriars" en est une... qu'ont-ils voulu faire ? A part détonner de l'ensemble, moi pas comprendre...

"Move the Stone", introduit par le piano et niché dans un océan de claviers, est un titre d'un symphonisme outrageux, sans batterie, élégant et remarquable tandis que la pièce conclusive "Monument" est un bon titre mais un ton en dessous de ce que nous avons entendu auparavant, sympathique, bien chanté mais pour votre serviteur un titre qui manque de brillance.

 

CELLAR NOISE nous offre donc un premier album prometteur et qui demande donc confirmation et surtout progression..., ah oui j'allais oublier nous sommes en présence d'un concept album sur le sous-sol londonien !!!! d'où aussi le nom du groupe CELLAR NOISE.

PISTES / TRACKS

 

1.Dive with Me (9:32)

2.Underground Ride (8:03)

3.Embankment (6:28)

4.Temple (8:24)

5.Blackfriars (3:27)

6.Move the Stone (5:44)

7.Monument (8:52)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Eric Bersan - drums and percussions //
Loris Bersan - bass guitar and classical guitar//
Niccolò Gallani - keyboards //
Francesco Lovari - lead vocals //
Alessandro Palmisano - electric and acoustic guitar //

bottom of page