top of page

CHRONIQUE / REVIEW

carptree

emerger

Releases information

Release date: April 7, 2017

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Reingold Records

From: Suède / Sweden

8,8

Denis Boisvert - April 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

Revoici notre duo suédois à l’oeuvre. Superbement accompagnés par leurs bons amis du ‘No Future Band’ Nicklas et Carl nous en mettent plein les oreilles. De leur propre aveu un album longtemps travaillé et mûri, le résultat ne déçoit pas. Je les avais découvert avec ‘Insekt et Nymf’ et je dois dire que leur style continue d’évoluer. En regardant leur vidéo promotionnel on voit leur apport artistique. Hercule Poirot et Sigmund Freund en apparence seulement. La force de CARPTREE c’est la mélodie et l’émotion.  Alors que ‘Nymf’ m’avait apparu un peu trop sombre, ‘Emerger’ est plus diversifié.  On a encore droit à ce mur de son puissant, ces claviers analogues délicieux (sauf le mellotron mais même Robert Fripp utilise un échantillonneur pour cela de nos jours) et une composition élaborée et recherchée. On a même droit à du véritable Theremin entre autres sur l’excellent ‘Between Extremes’.  La voix de Nicklas est particulière mais il s’en sert très bien. On notera aussi les accompagnements vocaux du ‘No Future Orchestra’.  Il y a ici et là quelques intonations qui m’ont rappelé Peter Gabriel plus précisément sur ‘The Lamb’. Aussi le jeu de claviers ressemble un peu à Tony Banks particulièrement dans les soli. Pour ceux qui ne connaissent pas CARPTREE, il faut les classer résolument dans le néo-progressif dans la même veine que IQ.

 

‘Emerger’ est un album complet, fascinant et bien dosé. Dès l’arpeggio qui lance ‘The Fleeting Deep’ on embarque. Majestueux et bombastique, plein d’arrangements symphonique, on reconnait CARPTREE dès les premières mesures. Tel que mentionné plus haut ‘Between Extremes’ est un classique auquel on avait goûté en prélude sur l’album ‘Nymf’ et qui est aussi paru en ‘single’ l’an passé. Le morceau suivant : ‘The River’ est un peu angoissant et ressemble à l’imagerie de la pochette.  ‘Utimately Lifeless’ est aussi un peu sombre mais la guitare et les effets de claviers cacophoniques vers le milieu de la pièce sont un coup de maître. Très cinématique aussi. Avec la pièce qui suit ‘Never to return and never ever leave’ offre un ‘beat’ plus rock et entraînant mais à la sauce CARPTREE bien entendu ! Les passages instrumentaux sont musclés et évocateurs. ‘Porous’ qui enchaîne est une ballade poétique et acoustique très jolie et qui relâche la tension jusqu’à ce que les synthés se mettent à pleuvoir. Une belle variation et une mélodie accrochante. ‘Immersive Attention’ est un autre morceau puissant avec un riff de guitare de type marche militaire et des arrangements vocaux intéressants. Une pièce captivante à mon avis. Le CD termine avec le ‘B-side’ du ‘single’ de 2016. ‘Dwindle into Greatness’ est une autre pièce pleine de mellotron et d’un leitmotiv bref de guitare rappelant Robert Fripp. Un peu lourd et angoissant mais c’est l’effet voulu.

 

Donc dans l’ensemble CARPTREE demeure fidèle, convaincant et autonome. Une profusion de sonorités symphoniques, une production hors pair, un souci artistique exceptionnel, et un sacré bon album.  Un incontournable du prog suédois.  Si vous aimez les atmosphères mystérieuses et les mellotrons dramatiques, c’est carrément pour vous. Avertissement : ce n’est pas un antidépresseur. Meilleur que ‘Nymf’.

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Carl Westholm / keyboards

Nicklas Flinck / vocals

 

No Future Orchestra

Ulf Edelönn / acoustic & electric guitars

Stefan Fandén / bass, guitars, bouzouki, e-bow

Jesper Skarin / drums

Cia Backman / backing vocals

Öivin Tronstad / backing vocals

PISTES / TRACKS

 

1. Fleeting Deep (7:59)

2. Between Extremes (7:54)

3. The River (7:41)

4. Ultimately Lifeless (6:51)

5. Never to Return and Never Ever Leave (5:41)

6. Porous (5:22)

7. Immersive Attention (6:41)

8. Dwindle into Greatness (6:25)

bottom of page