top of page

CHRONIQUE / REVIEW

black moon circle

the studio jams vol Iii

flowing into the 3rd dimension

Releases information

Release date: August 25, 2017

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Crispin Glover Records

From: Norvège / Norway

8,0

Denis Boisvert - October 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Trondheim, Norvège.  J’ai déjà dit qu’il devait y avoir quelque chose de spécial là-bas, dans l’air ou dans l’eau, et cet album ne me fera pas changer d’idée. BLACK MOON CIRCLE est un groupe psychédélique quasi-expérimental qui nous offre le troisième volume des ‘Studio Jams’ et qui continue d’exercer une certaine fascination. On y retrouve essentiellement deux longues improvisations de 20+ minutes chacune. Les puristes s’interrogeront sans doute à savoir si c’est du progressif et BMC s’en moqueront royalement. Ils se décrivent quand même assez bien: ‘dark psychedelic space rock’.  On y retrouve le ‘heavy groove’ de ZEPPELIN, les envolées d’OZRIC, les tonalités noires d’UMMAGUMMA et des ambiances mystérieuse à la TANGERINE DREAM.  Je dois avouer que c’est un goût acquis qui ne sied pas à tous et ne n’écoute pas facilement.  Mais si on se laisse emporter par le mantra hypnotique et qu’on donne aux deux frères ENGAN une chance de remplir l’espace sonore, on ne s’ennuie pas.  Superbement complété par le batteur et le bruiteur cosmique qu’est SCOTT HELLER alias DR SPACE, on obtient un album vivant, menaçant, atmosphérique et puissant.

 

Bien que conçues sur les mêmes principes les deux morceaux sont assez différents.  ‘Barnard’s Loop’ est mon favori, un genre du KASHMIR grunge et ‘floydien’ ‘tripatif’ à souhait.

L’autre morceau: ’Waves’ profite de l’ajout intéressant du guitariste de MOTORPSYCHO et se structure sur un blues vague qui contient beaucoup de passage de guitare étonnants. Vers la 5ième minute par ex. le solo de guitare est ronflant et solide. On a aussi des moments d’accalmie comme vers la quinzième minute, où le rythme se tait pour laisser place à des lamentations ‘gilmouriennes’ exquises comme si on entrait dans une grande cathédrale mystérieuse. Par moment on n’est pas loin de la musique concrète d’un STOCKHAUSEN par exemple.

 

Vous aurez compris que cette musique s’écoute comme un ‘rave’ ou une symphonie. Seul dans le noir, avec un bon système de son ou des écouteurs de qualité. Sobre ou non ou durant un spectacle ‘live’. C’est quand même bien de penser que les artistes peuvent encore s’exprimer comme ils veulent et que la musique est un pur langage des émotions.

 

Pas un album que j’offrirais en cadeau, à moins que mon ami soit déjà un amateur du groupe. La lourdeur des basses constantes et la noirceur du matériel peut devenir un peu fatiguant à la longue et la définition des sons en souffre un peu. Mais pas contre, il faut admirer le talent créatif, l’harmonie entre les musiciens et la puissance qui émane de cet album.  Ce n’est pas pour tout le monde. Ma blonde a trouvé que c’était plutôt ardu comme écoute: du bruit organisé qu’elle a dit. Moi j’y ai trouvé mon compte car le bon psychédélique est dur à faire et BMC sont devenus des experts en la matière.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Barnard’s Loop (23:27)

2. Waves (26:15)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Øyvin Engan: bass, guitar

Vemund Engan: guitar

Hans Magnus “Snah” Ryan (Motorpsycho): guitar on Waves only

Per Andreas Gulbrandsen: drums

Scott Heller a.k.a. Dr. Space. all the other stuff.

bottom of page