top of page

CHRONIQUE / REVIEW

ART GRIFFIN'S SOUND CHASER

VISIONS FROM THE PRESENT

Releases information

Release date: November 6, 2016

Format: Digital, CD

Label: Velvet Orb

From: Canada

8,7

Philippe André - September 2017

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

Du progressif instrumental!!! Il y avait longtemps souffle une petite voix timide au fond de la classe. C'est pourtant ce que propose ART GRIFFIN'S SOUNDCHASER, originaire de THE BLUE MOUNTAINS, ONTARIO, CANADA, à ne pas confondre avec les plus célèbres BLUE MOUNTAINS australiennes proches de SYDNEY. Comme dans toute œuvre sans paroles il est important de ne pas s'envoyer cinquante-deux minutes de suite dans le citron... mon choix est souvent d'écouter ce genre de disque par tiers ou par moitié afin éviter l'accident auditif, la concentration selon moi est impossible sur presqu'une heure, je suis néanmoins ouvert à tout avis contraire de notre lectorat.

Art GRIFFIN’S compose, tient la basse et les claviers et il est aidé par Kelly KERELIUK à la six cordes (déjà vu dans MONARCH TRAIL), l'inoxydable Steve NEGUS aux futs (un quart de siècle batteur de SAGA, ça vous forge une sacrée réputation) et une violoniste inconnue pour moi auparavant Victoria YEH qui tient la vedette dans certains titres comme le puissant et frénétique "Fast Track" (avec un solo de synthétiseur de Ken BAIRD, monsieur MONARCH TRAIL on y revient), le complexe "Supersuit" et le tellurique mais néanmoins lyrique "Red Sky at Night" dont l'intitulé rappellera aux glorieux anciens un morceau du groupe britannique THE FIXX à la fin des années soixante-dix, une Victoria qui par ailleurs nous assène un solo destructeur dans la seconde moitié de "Nomadic Traveller" et fait preuve d'une remarquable mélodicité avec son instrument dans "October Solace".

Les deux parties d"Intransition" sont également très gouleyantes, la première permet au disque de démarrer en douceur, la seconde, pour plus péchue qu'elle soit au demeurant permet une pause à l'ensemble après les trois titres endiablés (4/5/6)que je viens d'évoquer (le jeu de Steve NEGUS est magnifique sur ce titre en particulier, bien différent du takapoum takapoum trop souvent entendu ici et là) un jeu fin et percussif en diable à la Neil PEART, immense batteur devant l'éternel, et canadien lui aussi bien sûr.

Le doux et ultra lyrique "Banyan Tree", illuminé qu'il est par le violon de Victoria me fait irrésistiblement penser à l'école japonaise des années quatre-vingt, MIDAS et OUTER LIMITS essentiellement, ma pièce préférée avec un Steve NEGUS là encore au sommet de son art. Le long et seul épique (plus de dix minutes en quatre parties) qui suit "Happy Place" n'est pas mon morceau favori, non non, fort complexe et comme déjà précisé plus haut, l'exemple type de la pièce à écouter isolée justement à cause de sa... complexité et de sa... longueur.

Comment ne pas conclure en mettant en exergue l'iconographie du maitre en la matière MISTER ROGER DEAN, dont l'inventivité et le talent sont sans limite, avec cette pochette sublime, une fois de plus.

Dites voir les amis SOUNDCHASER, ça ne vous rappelle pas quelque chose du passé ?

 

PISTES / TRACKS

 

01. Intransition 1 (2:17)

02. Fast Track (7:16)

03. To The Oceans (2:49)

04. Supersuit (3:50)

05. Red Sky At Night (6:39)

06. Nomadic Traveller (3:58)

07. Intransition 2 (5:16)

08. October Solace (4:53)

09. Banyan Tree (5:34)

10. Happy Place (Parts I-IV) (10:31)

11. Ascension (2:49)

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Art Griffin’s: composer, bass guitar, keyboards, electric and acoustic guitar

Kelly Kereliuk: lead guitar

Victoria Yeh: electric violin

Steve Negus: drums and percussion

 

With The Help from:

 

Ken Baird: synth solo on track 2, Rhodes solo on track 4

Doug Horner: lead guitar solo on track 10

bottom of page