top of page

CHRONIQUE / REVIEW

red bazar

tales from the bookcase

Releases information

Release date: March 15, 2016

Format: Digital, CD

Label: White Knite Records

From: UK

9,4

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

« Hey! It’s your lucky day. »  Le grand cirque Red Bazar débarque en ville avec « Tales from the Bookcase », leur quatrième opus (si l’on inclut le E.P. « After the Ice Storm » paru en 2013).  Le groupe, à l’origine instrumental, s’est adjoint les services de Peter Jones pour ajouter la dimension vocale.  Le résultat est un album « conceptuel » sans être « concept » au sens proprement dit.  Sans suivre un seul fil conducteur, l’album s’écoute comme on lirait un recueil de contes.

En introduction, le groupe veut s’assurer de capter notre attention avec une pièce instrumentale sombre au rythme lent, où les ambiances sonores se superposent pour créer une atmosphère Floydienne.  Après cette entrée en matière on découvre une collection d’histoires que j’ai trouvées intéressantes tant au niveau de la musique que des textes dont la richesse m’a renversé.  Pour la plupart des chansons, Peter Jones a puisé son inspiration parmi ses romans préférés pour l’écriture des textes, afin de nous relater les destins tragiques et parfois cruels de ses personnages ou bien pour poser une réflexion sur notre existence.  C’est le cas, entre autres, de la pièce-phare de l’album (selon moi) « Lights of Home » qui raconte l’histoire du HMS Ulysses (Alistair MacLean, 1955), un navire qui escortait un convoi vers Murmansk pendant la deuxième guerre mondiale.  La mélodie alterne entre l’intensité du combat naval contre des forces supérieures dans une mer glaciale et l’introspection du Capitaine Vallery qui mène ses braves marins vers une mort certaine.

« Queen of the Night » est une histoire en deux épisodes (les deuxième et huitième pistes de l’album).  Jones y joue le rôle du Narrateur, de la Reine, de l’Homme-Fort et du Maître (qui possède la Reine autant qu’il possède les bêtes de son cirque).  Le chanteur et parolier nous étale tout son talent vocal, tantôt en puissance, tantôt en douceur.  La mélodie est bien livrée et s’harmonise parfaitement avec le ton de l’histoire.

« Calling Her On » reprend là où « A Space Oddity » nous avait laissé (ironique que l’album sort la même année où Bowie nous a quittés).  La chanson nous présente la femme du Major Tom alors qu’elle doit composer avec la disparition de son mari.  La mélodie est d’abord aérienne et planante mais devient plus lourde alors que Mme Tom sombre dans le désespoir.

« Tales from the Bookcase » a tout ce que j’aime du prog symphonique.  Des textes riches et accrocheurs, des mélodies et des rythmes qui soutiennent bien les textes, des nuances, des harmonies et une complicité musicale entre les instruments, et des images qui défilent dans la tête comme si on était au cinéma.  En cette année 2016 qui ne cesse de surprendre par le nombre d’albums et la qualité musicale disponible sur le marché, « Tales » fait excellente figure et devrait se retrouver dans votre collection.

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Andy Wilson, guitare

Mick Wilson, basse

Paul Comerie, batterie

Gary Marsh, claviers

Peter Jones, voix

PISTES / TRACKS

 

  1. In the Beginning (3 :00)

  2. Queen of the Night Part 1 (6 :54)

  3. Calling Her On (11 :01)

  4. City and the Stars (8 :34)

  5. Lights of Home (12 :24)

  6. Sunset for a New World (7 :59)

  7. Almost Over (11 :04)

  8. Queen of the Night Part 2 (12 :17)

 

Charles Dauphin - July 2016

bottom of page