top of page

CHRONIQUE / REVIEW

gong

rejoice! i'm dead!

Releases information

Release date: September 20, 2016

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Madfish Records

From: Royaume Uni / UK

9,4

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Tout au long de l’histoire du rock, beaucoup de groupes ont dû faire face à la disparition prématurée d’un membre clé. Les réactions à de tels événements tristes (et surtout inattendus) sont aussi très variées. Certains ont essayé de remplacer le membre décédé, même quand il ou elle était difficilement remplaçable, d’autres ont décidé d’arrêter, ou de continuer sans remplacer le disparu. Toutefois, il est extrêmement rare de voir le fondateur et dirigeant choisir ses héritiers pendant qu’il est toujours en vie, laissant l’orientation future du groupe dans les bonnes mains de cette personne. C’est ce qu’a fait Daevid ALLEN, conscient que ses jours étaient comptés, il a décidé de faire cette démarche. ‎Et qui de mieux pour prendre les rênes du Gong que l’homme plus achalandé du prog (autre que Steven Wilson) ; l’enfant prodige de la scène anglaise moderne, Kavus TORABI chanteur, guitariste, compositeur et plus de Knifeworld.

Bien que certains pourraient trouver le titre de l’album un peu prétentieux, il renferme ce que Daevid ALLEN (et sa partenaire Gilli Smyth, décédé quelques semaines avant la sortie de cet album) auraient souhaité : être célébrée plutôt que pleuré. ‎‎La plupart de ceux qui ont participé à l’album « ‎‎I See You‎‎ », sont de retour et il bénéficie également de la présence d’anciens membres comme Steve HILLAGE, Graham CLARK et Didier MALHERBE, dont les contributions créent un lien fort entre passé et présent.

L’ouverture est faite avec « The Thing that should Be » qui nous transporte vers le style que nous avons découvert avec Knifeworld surtout en raison du chant de TORABI. C’est une entrée complexe mais accrocheuse. Le second titre « Rejoice! » est le premier de trois chansons qui tourne autour des dix minutes. Le sentiment est maintenu sur cette splendide piste, c’est un tour de force qui, comme son titre l’indique, célèbre la vie et la mort dans son refrain optimiste. La partie musicale nous amène en territoire plus space et envoutante, les triples guitares tenues par Steve HILLAGE, Kavus TORABI et Fabio GOLFETTI se laisse aller avec en toile de fond des tambours presque tribaux, tout cela avant la montée finale, remarquable ! Les deux autres pistes dépassant les neuf minutes sont « The Unspeakable Stands Revealed » et « Insert Yr Own Prophecy » Tous les trois capturent, de manière légèrement différente,  l’esprit de la transition entre l’ancien et le nouveau GONG.

 ‎
‎ ‎‎Sur la première, les parties vocales sont rares, par contre et pour notre plus grand plaisir, nous sommes les témoins de sections instrumentales plus longues qui s’appuient sur une accumulation atmosphérique et de performances individuelles. En particulier, cette chanson est la plus subtile de Ian EAST, son sax menant la danse avec un abandon capiteux, soutenue par des lignes de basse jazzy de Dave STURT. Tandis que sur « ‎‎Kapital » avec ses sonorités féroces et la voix presque menaçante, tout cela soutenu par une batterie martelée intelligemment et les jaillissements du sax. L’apaisante ‎‎ « Model Village » arrive à point avec l’instrument particulier qu’est le duduk, cette sorte de flute turque est tenue par Didier MALHERBE, le son éthéré propose un complément parfait aux voix pensive de Daevid ALLEN. « Beatrix »‎‎ est une pièce courte, lunatique avec des paroles en français récitées par Daevid. « Visions » ‎‎explore en revanche, des atmosphères simplifiés avec des guitares et des vocalises aérées, avant que le tout gagne en intensité. L’album se termine de façon magistral avec « Insert Yr Own Prophecy », c’est une célébration joyeuse de la vie et de la musique, réunissant la marque de GONG intelligemment mélangé à la sauce Knifeworld, le tout enveloppé par un duo électrisant de sax et de guitare.

 ‎
‎ ‎‎ ‎‎‎La présence, même limitée, de Daevid ALLEN sur l’album est tout à fait spéciale, c’est comme s’il avait voulu contribuer jusqu’à sa dernière note et ainsi propulser sa création dans l’infini à tout jamais. Pour autant que je suis concerné, « Rejoice I’m Dead! » est certainement l’un des albums qui se retrouvera au haut de ma liste pour longtemps. GONG résonnera encore dans les années à venir. Longue vie à GONG !

 

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Musiciens / MUSICIANS :

- Kavus Torabi (Cardiacs, Knifeworld) / vocals, guitar
- Fabio Golfetti (Violeta di Outono)/ guitar, vocals
- Dave Sturt (Jade Warrior) / bass, vocals
- Ian East / sax, flute
- Cheb Nettles / drums, vocals
- Daevid Allen / vocals (4, 5)

With:
- Steve Hillage / guitar solo (2)
- Didier Malherbehe / duduk (4, 8)

PISTES / TRACKS

 

1. The Thing That Should Be (03:34)
2. Rejoice! (10:17)
3. Kapital (3:21)
4. Model Village (6:43)
5. Beatrix (2:54)
6. Visions (4:29)
7. The Unspeakable Stands Revealed (11:49)
8. Through Restless Seas I Come (6:58)
9. Insert Yr Own Prophecy (9:36)

 

Richard Hawey - December 2016

bottom of page