top of page

CHRONIQUE / REVIEW

EVERSHIP

EVERSHIP

Releases information

Release date: July 1, 2016

Format: Digital, CD

Label: Atkinsong Productions

From: États-Unis / USA

9,5

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Un groupe qui a quelque chose de TENNESSEE ? Eh bien oui car EVERSHIP nous vient de NASHVILLE, cité plus connu pour le rock n roll et ses bananes que pour le rock progressif ! C'est pourtant de là-bas que Shane ATKINSON a décidé de nous envoyer son navire amiral. Shane est un compositeur multi instrumentiste qui a bossé dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix comme musicien de studio, allant même à faire des publicités et des musiques de films pour pouvoir vivre décemment. Après avoir tâté de l'industrie du logiciel et la musique le hantant tellement qu'il a décidé d'y revenir, depuis 2005 avec son propre local d'enregistrement et son propre matériel. Les premières compositions de l'album ici présenté sont de 2009, donc sept bonnes années pour arriver au remarquable résultat que ce premier album éponyme.

 

Shane ATKINSON s'est chargé de quasiment tous les instruments avec quelques musiciens invités comme son propre frère James aux guitares acoustiques et solo et la précieuse aide aux vocaux de Beau WEST un vieil ami d'enfance. Et quels vocaux, dès le premier titre "Silver Light", Freddie doit se retourner dans sa tombe tant l'emphase du morceau est fortement queenesque, puissamment opératique, une influence revendiquée (parmi d'autres) par le maitre de cérémonie, le QUEEN d'avant "News of the World", le QUEEN très rock, endiablé des cinq premiers albums. Le second titre "A Slow Descent Into Reality" nous renvoie à Liverpool en 1970 (et même avant…) tant l'influence des quatre de la Mersey se fait sentir dans l'entame de la pièce, matinée encore une fois de QUEEN pour le côté opéra, d'une touche kansassienne due au violon de Nicelle PRIEBE et d'une lampée du YES de la grande époque (la basse qui tricote et les chœurs enchanteurs) bref que du beau monde à l'honneur grâce au talent protéiforme de Shane ATKINSON.

 

Et que dire du splendide "Evermore" qui suit ? Posé, délicat, mélo (dieux et dique à la fois) avec un piano magique, la guitare électrique se fait bostonnienne (pourtant pas facile de retrouver le son si spécial de Tom SCHOLZ) et toujours ses chœurs majestueux et magnifiques, un grand moment de rock progressif. "Ultima Thule" continue dans la même veine, un hommage vocal évident à nos chers disparus Freddie et Brad particulièrement, Beau WEST se pose en incontestable héritier avec son timbre chatoyant et délicat, le tout saupoudré d'un violon sublime dans le final, c'est beau, c'est bon.......

 

Nous pensions avoir tout entendu, eh bien non !!! "Flying Machine" nous cloue au délicieux pilori de la musique progressive intemporelle, notre béatitude et notre ravissement sont sans égal, les chœurs, toujours les chœurs (encore BOSTON et aussi toute la frange musicale du rock mélodique des trente dernières années, voir pour l'autre côté de l'Atlantique les indémodables MOODY BLUES) inondent ce titre de part en part, et les orchestrations y sont tout simplement fabuleuses.

Un bémol mais qui ne concerne que votre chroniqueur, je n'ai pas reconnu le Theremin et le Dulcimer qui sont sensés être présents dans le disque et un petit reproche à cette œuvre, c'est beaucoup chanté mais tellement bien chanté que le pardon est obligatoire.

 

Encore un candidat pour le podium, un podium pour lequel trois marches ne suffiront pas pour cette année 2016.

Grandiose tout simplement.

Merci Monsieur ATKINSON.

 

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Beau West / voices

- Shane Atkinson / voices, keyboards, drums, percussion, theremin, chapman stick, dulcimer, experimental guitar, sound design, orchestrations

 

- James Atkinson / acoustic and lead guitars

- Rob Higginbotham / classical, acoustic and electric rhythm guitars

- Jaymi Millard / bass

- Nicelle Priebe / violin

- Mike Priebe / background voices

- Dan Smalley / classical guitar, E-bow

- Brandon Vestal / electric and acoustic guitars

PISTES / TRACKS

 

1. Silver Light (9:26)

2. A Slow Descent Into Reality (12:39)

3. Evermore (10:09)

4. Ultima Thule (10:28)

5. Flying Machine (13:44)

6. Approach (1:58)

 

Philippe André - Novermber 2016

bottom of page