top of page

CHRONIQUE / REVIEW

Dark suns

everchild

Releases information

Release date: June 3, 2016

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Prophecy Productions

From: Germany

8,3

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Formé en 1997, la formation allemande Dark Suns sort un premier album en 2003 dans la veine des premiers opus d’Opeth. Tout comme ce dernier, Anathema et nombreuses autres formations Doom Métal des années 90 et 2000, Dark Suns opte pour une nouvelle tangente avec l’album « Orange » sorti en 2011. Il attendri les sonorités et s’engage à produire de la musique davantage progressive Expérimentale et Post-Métal. Les allemands poursuivent sur cette même route avec leur tout dernier projet, le plus complet à ce jour, l’album « Everchild » qui vient tout juste de voir le jour en juin dernier et qui est offert en format digital, CD et vinyle.

Projet de plus de 81 minutes, « Everchild » est l’album le plus accompli du groupe. N’oubliant pas complètement ses origines, Dark Suns plonge dans un univers progressif dont les variations entre les tempos lents et mélodieux font bon ménage avec ceux plus pesants. En effet, l’album débute sur une pièce que je considérerais la plus lourde du lot. Celle-ci ouvre la marche à une suite de chansons partageant le mélodique, l’expérimental et le Crossover Prog. Le vocal de Niko KNAPPE s’approche de celui de Steven WILSON et de Bruce SOORD (Pineapple Thief) et bien que les instruments à vents ainsi que tous les autres instruments soient bien présents tout au long de l’album, le tempo de celui-ci semble diminuer jusqu’à la toute fin. Certaines pièces vous projetterons à l’époque Porcupine Tree sur l’album « Lightbulb Sun » tandis que d’autres vous feront penser à Katatonia ou à Pain Of Salvation.

Toutes choses n’étant jamais parfaites, je dois avouer avoir eu recours à plusieurs écoutes avant d’être en mesure d’apprécier et d’assimiler ce projet à son plein potentiel, non pas parce que l’album est compliqué mais plutôt parce qu’il n’existe pas assez de divergence entre les pièces. Bien qu’il s’agisse d’une critique personnelle, je considère l’album comme étant accessible pour un public élargi, mais  plusieurs pièces sont similaires et partagent les mêmes cadences. Est-ce dû à la longueur de l’album ? À un certain moment je me suis demandé si une ou deux chansons de moins aurait pu aider en termes de continuité et d’intention.  Cela dit, chaque morceau pris séparément se déguste admirablement bien et certains refrains vous colleront rapidement à la peau.

Bref, vous êtes de ceux qui sont nostalgiques de la fin de Porcupine Tree ou vous recherchez simplement une alternative à Anathema et Opeth? Dark Suns est l’album qu’il vous faut en ce début d’été 2016. Prenez quelques minutes pour écouter l’extrait plus bas et je suis persuadé que vous voudrez en entre davantage. N’en déplaise ceux qui préfère le Death Métal, cette formation allemande fait définitivement parti de ce groupe de talentueuses formations qui, de par leur progression constante, délaisse le Métal lourd pour vous envouter dans une monde expérimental et évolué. Bonne écoute !

 

Musiciens / MUSICIANS :

 

Niko Knappe - Vocals
Maik Knappe - Guitars
Torsten Wenzel - Guitars
Ekkehard Meister - Piano, Organ
Dominique Ehlert - Drums
Jacob Müller - Bass
Evgeny Ring - Sax
Govinda Abbott - Trumpet

PISTES / TRACKS

 

CD1
1. The Only Young Ones Left (6:11)
2. Spiders (5:51)
3. Escape With The Sun (6:15)
4. Monster (7:19)
5. Codes (6:39)
6. The Fountain Garden (5:42)
7. Unfinished People (7:22)
8. Everchild (6:26)
9. Torn Wings (8:49)
10. Morning Rain (10:41)

Total time 71:15

CD2
1. Yes, Anastasia (10:08) (Tori Amos cover)

 

Fred Simoneau - July 2016

bottom of page